La mendicité des élèves coraniques en milieu urbain au Sénégal

par Pape Momar Niang

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Hervé Terral et de Gora Mbodj.

Le jury était composé de Michel Grossetti.

Les rapporteurs étaient Jean-Émile Charlier, Christian Coulon.


  • Résumé

    Initialement, les écoles coraniques (« Daaras ») sont majoritairement rurales et survivent de l’agriculture. Les dégradations environnementales entre 1975 et 1985 , et la faillite des politiques agricoles ont appauvri le monde paysan et accéléré la migration des « Daaras » vers les villes. Idéologiquement, le parent confie son enfant, l’élève nommé « Talibé » à un maître coranique (« Marabout »). La sacralité du coran combinée à l'éducation traditionnelle confère au maître une autorité inconditionnelle sur l'enfant durant toute la durée de son apprentissage. Le « Talibé » doit souffrir pour apprendre l’humilité, pratiquer la foi, et gagner le paradis. Cette interprétation coranique ajoutée à la valeur de l’aumône (« zakat ») fait qu’il est normal dans la société Sénégalaise de donner à un "Talibé". La mendicité de dizaines de milliers d’enfants dans les villes résulte de la migration des ruraux et de la découverte par les marabouts de la monétarisation des rapports humains en milieu urbain. D’une migration pour des causes d’ordre répulsives à l'origine, elle se décline souvent en attractivité, en exploitation, en trafic d’enfants. Ce Merchandising du don religieux, de l’offrande, du sacrifice résulte d'une offre infinie en matière d’aumône par des citadins qui ont des religiosités qui compensent le manque de temps du rite en une pratique régulière du don. Le versant de la demande par les « Talibés » ne cesse de croître et atteint aujourd’hui plus de 100 000 enfants mendiants. Substantiver cette question de la mendicité urbaine des "Talibés" s’est effectuée en quatre phases : -Apprendre le coran : retracer l’histoire du coran au Sénégal et décrire les formes de son apprentissage aux contours d’une hybridation entre orientalisme ; traditionalisme ; et logiques de survie économiques.-Mendier pour apprendre ? Ou apprendre à mendier ? La mendicité dans les villes obéit à une logique de marché qui accentue la dégradation des zones rurales. Cette crise de la ruralité dévoile les problématiques annexes telles celle du genre, de l’explosion démographique, de la dégradation environnementale…la mendicité des enfants en ville obéit plus à des logiques de survie de groupes entre ruralité et urbanité ou à de l’exploitation par le travail, qu’à des considérations religieuses.-Mendier et être pris en charge : cette prise en charge des "Talibés" consacre la superposition de logiques parfois incompatibles. Il s’agit d’éradiquer un système de don par un autre. Les ONG et associations vivent de l’aide internationale et font vivre des milliers de salariés. La tendance à leur autonomisation serait inéluctable si l’on veut éviter l’inefficacité chronique d’ONG qui participent à cette culture du recevoir.- Cette autonomisation des institutions protectrices de l’enfance débouche sur de réelles perspectives : désamorcer les mécanismes de l’articulation entre l’Etat, la société civile, et la sphère religieuse. Identifier les soubassements politiques qui bloquent l’éradication du problème. Ceci afin de réinventer un modèle où l’enfance n’est pas instrumentalisée. Cette recherche a été menée dans quatre villes et six villages entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Une enquête par questionnaire a été effectuée chez les enfants mendiants des milieux urbains ; l’approche qualitative a été privilégiée concernant les acteurs ruraux et les adultes.

  • Titre traduit

    Begging Koranic students in urban Senegal


  • Résumé

    Initially, the Koranic schools ("Daaras") are predominantly rural and survive on agriculture. Environmental degradation between 1975 and 1985, and the failure of agricultural policies have impoverished the peasantry and accelerated migration "Daaras" to cities. Ideologically, the parent tells the child, the student named "Talibé" a Koranic teacher ("Marabout"). The sacredness of the Qur'an combined with traditional education gives the teacher an unconditional authority over the child for the duration of his training. The "Talibé" must suffer to learn humility, practicing the faith and win paradise. This added to the value of charity Quranic interpretation ("zakat") that it is normal in Senegalese society to give to a "Talibé". Begging for tens of thousands of children in the cities due to migration of rural people and the discovery by the marabouts of the monetization of human relations in urban areas. One of the causes of migration order repulsive cause, it often comes in attractive, operating in child trafficking. The Merchandising of religious giving, offering, sacrifice of infinite result in alms by citizens who have religiosity that compensate for the lack of time of the ritual practice of giving a regular supply. The slope of the demand by "Talibés" continues to grow and now reaches more than 100,000 child beggars.Analyzing this issue of urban begging "Talibés" was carried out in four phases:-Learn the Quran: trace the history of the Koran in Senegal and describe the forms of his apprenticeship to the contours of hybridization between Orientalism, traditionalism and logical economic survival.-Begging to learn? Or learn to beg? Begging in cities governed by a market logic that emphasizes the degradation of rural areas. This crisis reveals rural annexes issues such that the gender, population explosion, environmental degradation ... child begging in the city is more in the logic of survival between rural and urban groups or operations the work that religious considerations.-Beg and be supported: this support "Talibés" devotes overlay sometimes conflicting logics. It is to eradicate a donation system by another. NGOs and associations live international aid and the livelihoods of thousands of employees. The trend towards empowerment would be inevitable if we are to avoid the chronic inefficiency of NGOs involved in the culture receiving.- The empowerment of protective institutions of childhood leads to real opportunities: defuse the mechanisms of the relationship between the state, civil society, and the religious sphere. Identify policies that block foundations eradicating the problem. This is to reinvent a model where children are not exploited. This research was conducted in four towns and six villages between Senegal and Guinea-Bissau. A questionnaire survey was conducted among urban children beggars, the qualitative approach was adopted for rural actors and adults.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.