Essays on cartels and reverse payments

par Anton Giulio Manganelli

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Roberta Dessi.

Soutenue le 11-09-2013

à Toulouse 1 , dans le cadre de Toulouse School of Economics , en partenariat avec Groupe de recherche en économie mathématique et quantitative (Toulouse) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Cette thèse se compose de quatre essais sur les cartels, réels ou supposés. Le premier analyse la dynamique des prix du cartel. Il donne une explication unifiée de la hausse progressive des prix, leur phase constante, les guerres de prix et le fait qu’un cartel se rompe. Les forces motrices sont les «reference-dependent preferences» des consommateurs et l'incertitude sur l'efficacité d'une frange externe. Les consommateurs ne sont pas disposés à payer beaucoup plus que leur prix attendu (endogène), de sorte que les entreprises ne peuvent pas fixer le prix de monopole dans la première période. Tant que la frange ne se comporte pas efficacement, les consommateurs deviennent plus pessimistes sur le prix, ce qui permet aux entreprises d'augmenter progressivement. Cette augmentation de prix est délimitée au-dessus par la présence de la frange. Si la frange se comporte de manière efficace au cours d'un nombre suffisant de périodes, la collusion n'est pas soutenable, ce qui déclenche une guerre des prix et / ou une rupture du cartel. Le cartel de la Vitamine C est compatible avec le modèle. Les deuxième, troisième et quatrième essais analysent les (négligés) effets pro-concurrentiels des «reverse payments» (paiements inversés) dans l'industrie pharmaceutique. Les reverse payments sont des paiements à partir d'un détenteur de brevet à un fabricant de médicaments génériques pour régler un litige sur le brevet. Ils retardent généralement l'entrée des génériques et ont souvent été considérés comme des violations antitrust per se par la Commission européenne et la FTC. Le deuxième essai montre que cela ne devrait pas être le cas lorsque les décisions d'investissement des parties sont considérées. Les reverse payments augmentent les profits de l'industrie, ce qui augmente l'incitation du générique à investir. Cela augmente le taux de litiges, ce qui augmente le surplus du consommateur. Il existe aussi une tension dans les motivations de l'initiateur à investir, absent dans la littérature des brevets, qui peut augmenter son investissement aussi. Le troisième essai analyse la possibilité de faillite de l’entrant générique. L'interdiction des reverse payments pousse les participants faibles à sortir du marché, ce qui réduit le surplus du consommateur, tant avant qu'après l'expiration du brevet. L'impact négatif de leur interdiction est plus grand lorsque le brevet est fort, l'économie est en récession et la collusion tacite est soutenable entre un faible numéro de joueurs. Le quatrième article analyse l'impact des reverse payments lorsque la capacité de l’entrant à produire est inconnue et il pourrait devoir faire des investissements supplémentaires pour être compétitif. Les reverse payments réduisent l'incitation du participant à investir, ce qui augmente le bien-être total lorsque le coût de l'investissement est suffisamment élevé. Dans des conditions générales et plusieurs règles de négociation, les reverse payments doivent être traités d'une manière plus clémente lorsque la technologie est difficile. Lorsque l'initiateur choisit d'utiliser ou non un reverse payment, indépendamment de la façon dont le surplus est divisé, et la technologie est difficile, il y a un résultat de equivalence: le maximum sur la date de l'entrée des génériques n'a aucun effet sur le bien-être total, car l'effet négatif d'une entrée plus tardive est exactement compensée par une plus faible probabilité d'utiliser un reverse payment.

  • Titre traduit

    Essais sur les cartels et les "reverse payments"


  • Résumé

    This thesis consists of four essays on real and alleged cartels. The first one analyzes cartel pricing dynamics. It gives an unified explanation for the gradual rise of prices, their constant phase, price wars and cartel breakdowns. The driving forces are the consumers' reference-dependent preferences and the uncertainty over an external fringe's efficiency. Consumers are unwilling to pay much more than their (endogenous) expected price, so firms cannot set the monopoly price in the first period. As long as the fringe does not behave too efficiently, consumers become more pessimistic over the price, which allows firms to raise it gradually. This increasing price path is bounded from above by the presence of the fringe. If the fringe behaves efficiently during a sufficient number of periods, collusion is not sustainable, which triggers price wars and/or a breakdown of the cartel. Evidence from the Vitamin C cartel is consistent with the model. The second, third and fourth essays analyze the (neglected) pro-competitive effects of reverse payments in the pharmaceutical industry. Reverse payments are payments from a patent-holder to a generic manufacturer to settle a patent litigation over the validity or infringement of the patent. They typically delay generic entry and have often been treated as Antitrust violations per se by the European Commission and the FTC. The second essay shows that this should not be the case when the parties' investment decisions are considered. Reverse payments increase the industry profits, which increases the generic manufacturer's incentive to invest. This increases the litigation rate, which increases consumer surplus. There also exists a tension in the originator's incentives to invest, absent from the patent literature, that can increase his investment too. The third essay analyzes the possibility of the generic entrant's bankruptcy. Banning reverse payments pushes the weak entrants out of the market, which reduces consumer surplus both before and after patent expiry. The negative impact of banning them is larger when the patent is strong, the economy is in a downturn and tacit collusion is sustainable among few players. The fourth essay analyzes the impact of reverse payments when the entrant's ability to compete is unknown and he may have to incur additional investments to be competitive. Reverse payments reduce the entrant's incentive to invest, which increases welfare when the investment cost is high enough. Under general conditions and several bargaining rules, reverse payments should be treated in a more lenient way when the technology is difficult. When the originator chooses whether to use a reverse payment, independently from how the surplus is split, and the technology is difficult, there is an irrelevance result: the cap on the generic entry date has no effect on welfare, as the negative effect of a later entry is exactly compensated by a lower probability of using a reverse payment.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.