Le Christ, Parole créatrice

par Pascale Zerlauth

Thèse de doctorat en Théologie catholique

Sous la direction de Michèle Morgen.

Soutenue le 06-11-2013

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Théologie et sciences religieuses (Strasbourg) , en partenariat avec Théologie catholique et sciences religieuses (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Deneken.

Les rapporteurs étaient Pierre-Marie Beaude, Yves Simoens.


  • Résumé

    Dans la deuxième moitié du premier siècle, des auteurs chrétiens ont énoncé le rôle du Logos « au commencement ». Selon eux, Dieu n’a pas créé le monde dans une sublime solitude, auprès de lui se tenait le Logos identifié à Jésus-Christ. Ainsi, d’un côté, les chrétiens continuaient à confesser que Dieu est le Créateur et de l’autre, ils développaient une réflexion sur la médiation créatrice du Christ (1 Co 8,6, Col 1,15-20, Ep 2,10, He 1,1-14, Jn 1,1-18). Établis dans des cités cosmopolites, ils ont été amenés à affirmer la supériorité du Christ sur les êtres invisibles en lui attribuant le pouvoir sur le monde que seul Yahvé possédait. La question d’une remise en cause du monothéisme est alors posée. Un des éléments de réponse se trouve dans les descriptions du lien qui unit le Père et le Fils. Cette réflexion conduit à la conclusion que la création prend tout son sens dans l’union du Fils, Unique et Bien-aimé, à celui qu’il désigne comme Père ; elle se déploie au sein de cette relation d’amour et, loin de conduire à une rivalité entre le Père et le Fils, elle engage une « seule » œuvre où le Fils manifeste le Père parce qu’il est sa Parole.

  • Titre traduit

    Christ, the creative Word


  • Résumé

    In the second half of the first century, Christian authors have stated the role of the Logos "in the beginning." According to them, God did not create the world in a sublime solitude, beside him stood the Logos identified with Jesus Christ. Thus, on the one hand, Christians continued to confess that God is the Creator and the other, they developed a thought on the creative mediation of Christ (1 Cor 8.6, Col 1:15-20, Eph 2.10, Heb 1,1-14, Jn 1:1-18). Established in cosmopolitan cities, they were led to affirm the superiority of Christ over the invisible beings by giving it power over the world that Yahweh alone possessed. The question of a challenge to the monotheism is then asked. One of the answers lies in the description of the relationship between the Father and the Son. This leads to the conclusion that the creation makes sense in the union of the Son, Unique and Beloved, with whom he refers to as Father. The creation extents within this relationship of love and far from leading to a competition between the Father and the Son, it is the work of the Son where he manifests the Father because he is his creative Word.

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.