Hermann Broch (1886-1951), penseur du dialogue et de l'altérité

par Djéhanne Gani

Thèse de doctorat en Etudes germaniques

Sous la direction de Christine Pflieger-Maillard.

Soutenue le 29-11-2013

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Etudes germaniques : mémoire et frontières (Strasbourg) (laboratoire) .

Le président du jury était Elizabeth Guilhamon.

Le jury était composé de Maryse Staiber.

Les rapporteurs étaient Françoise Bonardel.


  • Résumé

    Dans un contexte marqué par l’expérience de l’antisémitisme et du totalitarisme, Broch développe une anthropologie de la responsabilité qui dénonce l’individualisme et l’indifférence qui représente à la fois un danger pour l’humanité et pour la démocratie. Broch décrit la crise du monde moderne, mais au-delà de l’analyse, sa réflexion a avant tout une visée pratique. Il met en évidence les dangers et les folies ordinaires de l’humanité dans un monde dénué de sens, d’indifférence à l’autre et il propose une éthique de l’humanité dans laquelle le dialogue avec l’autre, comme avec soi, avec son passé, est la condition d’une conscience responsable. La responsabilité est au cœur de la conscience humaine et du vivre ensemble qui intègre l’autre. Broch prône, en effet, une politique de la responsabilité, tournée vers l’autre et vers l’avenir. L’autre de l’homme est en lui et conduit à un combat intérieur. Un comportement humain relève à la fois du « talent et devoir de l’homme » puisque l’altérité est le risque de l’humanité, la perte même de son humanité. L’autre de chaque homme constitue dès lors la possibilité de la perte de son humanité et de sa chute dans l’animalité – inscrite dans sa nature. Les notions de dialogue et d’altérité sont pluridimensionnelles : au croisement des questions littéraires, historiques, philosophiques, psychologiques, elles présentent l’ensemble de l’œuvre en articulant ses différents volets dans leur polysémie en échappant à une logique binaire, absente de l’œuvre de Broch pour éclairer le projet éthique et politique de l’auteur.

  • Titre traduit

    Hermann Broch ( 1886-1951 ), thinker of dialogue and alterity


  • Résumé

    In a context marked by anti-semitism and totalitarianism, Broch develops an anthropology of responsibility that denounces individualism and indifference, both of which represent a danger for humanity and democracy. Broch depicts the crisis of the modern world. However, beyond analysis, his reflections have above all a practical aim. He reveals the common place dangers and follies of humanity in a world deprived of sense and of indifference to others. He proposes a code of ethics in which dialogue with others, as with oneself and one's past, is indispensable for a responsible conscience. Responsibility is at the heart of the human conscience and of the capacity to live together with others. Broch advocates, in fact, an active responsibility that is turned towards others and towards the future. Animal nature is embodied within oneself and leads an internal battle. Human behavior rises out of the “talents and duties of man” because alterity is the risk of humanity, that one could lose one's humanity. The sensitivity towards others, present in every man, therefore constitutes the possibility of losing one's humanity and of descending into animality. This is inscribed in the nature of man. The notions of dialogue and alterity are multidisciplinary : they are at the intersection of literary, historical, philosophical, and psychological questions. They present the whole work of Broch by articulating polysemously different aspects, escaping a binary logic and elucidating his moral and political project.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.