"Crisis in Education" : le débat sur l'éducation aux Etats-Unis après 1945

par Laurie Béreau

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Bernard Genton.

Soutenue le 22-11-2013

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg) , en partenariat avec Savoirs dans l'espace anglophone : représentations, culture, histoire (Strasbourg) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Paul Gabilliet.

Le jury était composé de Maurice Sachot.

Les rapporteurs étaient André Kaenel, Malie Montagutelli.


  • Résumé

    De nos jours, le motif de la « crise de l’éducation » est récurrent dans les discussions publiques sur le système éducatif, et ce des deux côtés de l’Atlantique. Aux Etats-Unis, c’est au lendemain de la seconde guerre mondiale qu’il prend une tournure nouvelle. Jusqu’alors on avait parlé de « crise » pour désigner les difficultés matérielles et financières du système, mais l’expression prend une autre signification après 1945, tandis que s’installe un débat entre les partisans de l’éducation moderne, modèle inspiré par les principes de l’éducation progressiste, et les défenseurs d’une éducation humaniste, qui dénoncent une dégradation des exigences intellectuelles et des résultats de l’enseignement public. Cette étude se propose de restituer les termes de ce débat et d’analyser ses répercussions sur les dynamiques du système éducatif américain. La confrontation entre deux philosophies de l’éducation ne se limite pas à la sphère des professionnels et on en retrouve les échos dans la presse de grande diffusion comme dans certains films hollywoodiens. Alors que les États-Unis font face à une crise de confiance après le lancement réussi du satellite Spoutnik, le gouvernement américain désigne le système éducatif comme maillon faible en s’appuyant sur les critiques formulées tout au long des années 1950 par les adversaires de l’éducation moderne. Le télescopage du débat sur l’éducation et des logiques de Guerre froide ouvre alors la voie à une intervention fédérale inédite dans le domaine de l’éducation, avec l’adoption du National Defense Education Act de 1958.

  • Titre traduit

    'Crisis in Education' : the debate on education in the United States after 1945


  • Résumé

    The “crisis in education” has been a recurrent theme in discussions about the American school system. In the United States, it was after WWII that the notion gained momentum and a new meaning. Until then, the term “crisis” had been merely used to evoke the dire material and financial state of education. The expression took another turn with the emergence of a debate between proponents of modern education (a model derived from the principles of progressive education) and partisans of liberal education who denounced an intellectual degradation in the school system. This dissertation analyzes this debate and its consequences on the dynamics of education in the United States. This strife between two conceptions of education is set apart by its significant influence and pervasion of society. Indeed, not only did it involve the circle of professional educators but it also touched lay men, so much so that it was integrated by popular culture. Confronted with a confidence crisis in the aftermath of the successful launch of satellite Sputnik, the U.S. government pinpointed the school system as the weak link of the American nation, taking advantage of the wave of criticisms against modern education that had dominated the 1950s. The combination of the debate on education with the logics of the Cold War paved the way for an unprecedented federal intervention in the field of education with the 1958 National Defense Education Act.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.