Acculturations du consommateur à partir des parcours migratoires : le cas des venants sénégalais

par Louis César Ndione

Thèse de doctorat en Sciences de gestion. Marketing

Sous la direction de Eric Rémy.

Soutenue en 2013

à Rouen , dans le cadre de École doctorale économie-gestion Normandie (Caen) .

Le jury était composé de Joël Brée, Delphine Dion, Nil Toulouse.

Les rapporteurs étaient Amina Bécheur, Philippe Robert-Demontrond.


  • Résumé

    Dans le courant de la théorie culturelle de la consommation (C. C. T. ) et des postures identitaires en particulier, cette thèse a cherché à dépasser les recherches classiques effectuées autour de l’acculturation de la consommation et a porté sur les migrations en mouvement. Celles-ci ont aussi été étudiées dans une perspective diachronique. Le cas empirique des « venants » désignant la diaspora sénégalaise de France qui revient en « en vacances » au pays d’origine a été au cœur de cette recherche. Cependant, l’expérience migratoire de ces venants n’est pas à considérer comme un mouvement migratoire unique. Il est à replacer dans une visée globale étant donné qu’avec la mondialisation de la migration et l’ère des mobilités, ces mouvements d’allers-retours se font à la fois d’un point de vue infranational qu’international d’une part, tant au nord comme au sud d’autre part. Dans une perspective qualitative et interprétative, nous avons débuté notre recherche de terrain par une ethnographie multi-située auprès de l’immigration identitaire des travailleurs soninkés dans les foyers hétérotopiques de Rouen puis dans leurs villages d’origine. Ensuite, au-delà de cette immigration traditionnelle sénégalaise, nous avons élargi, notre population d’étude vers d’autres parcours migratoires dé-communautarisés et sédentarisés. Dans ce cadre, des récits de vie ont été mobilisés comme outil de collecte de données. Les résultats de cette recherche permettent de montrer dans la culture de la migration, l’importance des parcours de socialisation dans les trajectoires identitaires de ces migrants et leurs pratiques de consommation. Par conséquent, en dehors des travailleurs soninkés, nous avons différencié trois mouvements identitaires au sein des autres parcours migratoires. De même, il est apparu que les formes d’échanges, au cœur de ces mouvements d'allers-retours, participent de la mondialisation de la culture et de la marchandisation du monde. Chez les travailleurs soninkés, elles gardent une figure traditionnelle. Au sein des autres parcours migratoires, une logique de distanciation s’observe


  • Résumé

    In the wake of the Consumer Culture Theory (C. C. T. ) in general and the Identity Project in particular, this dissertation tries to go beyond the classical researches on consumer acculturation and stresses movements within migrations in an diachronic approach. The empirical case of the Senegalese diaspora in France, the so-called venants, who return ‘on holidays’ to the country of their origins, is at the heart of this research. However, the migratory experience of these venants is not to be considered as oneway migratory movements. It is to be replaced in a global vision, given that the globalization of migrations and the advent of a mobility era induce that these coming and going movements are at the same time both infranational and international, and taking place in the North as well as in the South. In a qualitative and interpretative perspective, we began our researches with an ethnographic study of an homogenous identity group of immigrated Soninké workers, at first in their heterotopic homes in Rouen (Normandy) and then in their villages of origin. Beyond this Senegalese traditional immigration, we afterwards widened our population of study to other migratory groups. Within this framework, narratives of life were mobilized as tools for collecting data. The results of this research, such as disclosed in the migration culture, highlight the importance of the socialization processes in the identity courses of the migrants and in their practices of consumption. Consequently, it has appeared that the forms of exchanges at the heart of these coming and going movements partake in the globalization of culture and in the commodification of the world. The traditional pattern is still at work among the Soninké workers, while within other migratory groups one can observe that these forms of exchanges tend to diverge from tradition

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (424 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 370-404

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section Droit - Économie - Gestion.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : L19844
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.