Spéculer pour autrui dans un monde incertain. Comment les investisseurs professionnels évaluent les gérants d'actifs financiers

par Pierre De larminat

Thèse de doctorat en Sociologie, démographie

Sous la direction de Danielle Potocki Malicet et de Eric Brian.

Soutenue le 20-03-2013

à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CEREP) - CEntre de Recherche sur l'Evaluation et la Professionalisation (laboratoire) .

Le président du jury était Philippe Steiner.

Le jury était composé de Olivier Godechot.

Les rapporteurs étaient Christian Walter.


  • Résumé

    En prenant le cas de l'évaluation des gérants d'actifs financiers par les investisseurs professionnels, la présente thèse étudie les réponses que des agents économiques apportent aux problèmes pratiques que pose la nécessité d'agir et de justifier son action en situation d'incertitude.La thèse marie, dans une perspective durkheimienne, une analyse morphologique du champ de la gestion d'actifs et une analyse des pratiques d'évaluation des gérants par les investisseurs professionnels.La démarche empirique consiste à rassembler des matériaux variés afin d'enregistrer les multiples formes de manifestation d'un fait social total. Les uns sont produits au cours d'une enquête ethnographique du champ de la gestion d'actifs: ce sont des entretiens semi-directifs, des observations directes d'interactions sociales, et des artefacts produits et utilisés dans le cadre des pratiques étudiées. Les autres, statistiques ou données institutionnelles, sont collectés auprès d'acteurs de la gestion d'actifs. Tous ces matériaux sont analysés de manière interprétative.L'analyse morphologique découvre les divisions, les articulations et les proportions des organisations où est pratiquée la gestion d'actifs financiers. L'autonomisation du champ professionnel de la gestion d'actifs s'accompagne d'une division du travail qui place en son centre les gérants, constitués en spéculateurs, c'est-à-dire en agents économiques dont l'action ne s'intéresse qu'aux variations de prix, par opposition aux acteurs dont la fonction est de prolonger le geste spéculatif par un geste marchand. La structure de rémunération des sociétés de gestion nourrit un conflit entre les gérants d'actifs et les commerciaux sur le partage du profit, dont la résolution conduit à une polarisation des sociétés entre un modèle industriel et un modèle artisanal.L'évaluation des gérants d'actifs par les investisseurs professionnels prend son sens dans le cadre de l'appréciation de l'efficacité technique des actions spéculatives par des sujets exposés à une incertitude financière qu'ils s'efforcent de réduire. Les investisseurs professionnels ordonnent leurs pratiques d'évaluation entre une analyse "quantitative" et une analyse "qualitative" des gérants évalués. Contrairement à ce que l'usage de cette forme de classification suggère, ce n'est pas le recours à la quantification ou au calcul en tant que tels qui différencie ces deux types d'analyse, comme s'il s'agissait de deux régimes épistémiques imparfaits mais complémentaires. C'est leur statut dans la relation fonctionnelle qui les lie l'un à l'autre: recherche de la forme de l'incertitude financière d'une part, et recherche des conditions sociales qui l'ont générée d'autre part. Imparfaitement liée aux phénomènes auxquels elle s'applique, la forme de classification "quanti/quali" correspond aux ressources acquises par les investisseurs professionnels au cours de leur trajectoire de socialisation, et mobilisées dans le cadre d'une division sociale du travail où les pratiques d'analyse sont partagées entre des postes et des positions différenciées au sein des organisations.Ce travail complexifie et enrichit la compréhension des pratiques financières et des pratiques de réduction de l'incertitude en montrant qu'elle ne peut faire l'économie de leurs soubassements sociaux. Elle précise le domaine de validité d'une forme de classification et offre aux acteurs concernés le moyen de discuter à nouveaux frais l'efficacité ou la pertinence de leurs procédés d'analyse.

  • Titre traduit

    Speculating for others in a world filled with uncertainty. How professional investors evaluate financial asset managers


  • Résumé

    This dissertation uses the evaluation of asset managers by professional investors as a case for the study of the ways in which economic agent deal with the necessity of acting and to give account of one's actions while facing uncertainty.This dissertation follows a durkheimian approach as it combines a morphological analysis of the asset management field with an analysis of evaluation practices of asset managers by professional investors.Empirical materials of various kinds have been gathered, in order to record the numerous ways in which a total social fact manifests itself. Some of the materials derive from an ethnographic research in the field of asset management: these are semi-directive interviews, direct observations of social interactions, and artefacts produced and used as part of the practices that the research investigates. The other materials are statistics or institutional data that have been collected during the field research. Interpretive analysis has been applied to them.The morphological analysis of asset management as a social field highlights the divisions, articulations and proportions of the organizations where financial asset management practices are carried out. The autonomization of asset management as a professional field goes along with a social division of labour that is structured around the asset managers. It makes them become speculators, that is economic agents who focus solely on price variations. By contrast, other actors ensure that the speculative movement is followed by a fully carried out trade. The income structure of asset management firms feeds a conflict between asset managers and salespersons about the distribution of profit. The resolution of this conflict leads to a polarization of asset management firms between firms following a model designed after the manufacturing industry, and firms following a model leaning towards craftmanship.The evaluation of asset managers by professional investors makes sense in a social frame where it stands as an appraisal of the efficiency of speculative actions undertaken by agents who try and reduce the financial uncertainty that they face. Professional investors classify their evaluation practices among a "quantitative" analysis and a "qualitative" analysis of asset managers. Although this form of classification may suggest that the two types of analysis cover two kinds of knowledge that are imperfect yet complementary, it is not quantification or calculation per se that differentiates between them. They are functionally related to each other: assessment of the form taken by financial uncertainty on the one hand, and search for the social conditions that caused uncertainty to take such form on the other hand. The form of classification "quantitative/qualitative" meets imperfectly the phenomena to which it is applied. It matches the social distribution of resources that professional investors gained during their socialization trajectory, and that they mobilized in the frame of a specific kind of social division of labour, where analytic practices are also distributed among differentiated positions within organizations.This dissertation complexifies and enriches the understanding of financial practices and of uncertainty reduction practices by showing that such understanding cannot forget their social foundations. It circumscribes the domain of validity of a specific form of classification and it provides interested actors with tools with which they can discuss anew the efficiency or the relevance of their analytic processes.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne (Bibliothèque électronique). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.