Migrations internationales et territorialisations : les français dans la ville d'Abidjan (Côte d'Ivoire)

par Florent Gohourou

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Michel Desse.

Le président du jury était Véronique Lassailly-Jacob.

Le jury était composé de Michel Desse, Véronique Lassailly-Jacob, François Bart, Laurent Jalabert.


  • Résumé

    En Côte d'Ivoire, dans les villages de Grand-Bassam (1834), de Bingerville (1899) et d'Abidjan (1934), les autorités coloniales françaises ont imposé un modèle urbain basé sur la ségrégation des populations européennes et africaines. Dans ces territoires, des quartiers évoquent aujourd'hui des armoiries qu'il faut essayer de comprendre, en rapport avec leur antécédent de quartiers français au sein du plan d'urbanisme de type colonial, et dont il faut étudier les transformations dans un environnement de crise sociopolitique. Cette étude tente de saisir leurs sens et leurs portées territoriales dans la société ivoirienne. Elle s'est élaborée à partir d'un problème d'approche épistémologique que la géographie peut projeter sur ces espaces avec lesquels les Français expatriés en Côte d'Ivoire entretiennent des relations originales. Il s'avère que la commune de Marcory, notamment en ses quartiers (Marcory résidentiel, Biétri et Zone 4) est l'un des lieux de la territorialité française à Abidjan. Cette recherche propose donc une lecture synchronique des différentes formes de marquage de cet espace communal par les Français. Ce marquage se lit d'une part, par les Français qui s'approprient cet espace en mettant en place un système de sécurité spécifique et d'autre part avec la création d'espaces de loisirs et relations sociales. L'Etat français, notamment par la création d'un réseau scolaire français, d'un régime de protection sociale spécifique et par la mise à disposition d'un budget de fait sinon de droit apporte aussi sa marque dans ces zones où résident les Français au point de laisser l'empreinte d'une "collectivité territoriale française décentralisée outre frontière''

  • Titre traduit

    International migration and territorialisation : the french in the city of Abidjan (Côte d'Ivoire)


  • Résumé

    A city model based on the segregation between the European and the African populations was imposed by the French Colonial authorities to the villages of Grand-Bassam (1834), Bingerville (1899) and Abidjan (1934).Some areas of these three territories recall today some coat of arms which signification is necessary to be grasped in comparison with the previous French areas history within the colonial town planning scheme. The changes which have occurred since then should be studied in a sociopolitical crisis environment. Through this study, we intend to understand the meaning and the territorial scope of such changes in the Ivorian society. This study is developed on the basis of an epistemological approach to the problem which Geography could forecast in these spaces where the French Expatriates in Cote D'Ivoire have original relationships. It turns out that the Marcory commune chiefly in its areas (Marcory résidential, Biétri and Zone 4), is one of the places of the French territoriality in Abidjan. Through this research, we propose a synchronic reading of the various forms under which the space is marked by the French. The reading of this marking consist in how the French appropriate these spaces by implementing a specific security system in the one hand and by creating leisure spaces and social relationships in the other hand .The French Government, through the creation of a French School System, a Social Protection System and an actual budget if not a law one (programme151),also makes its marks in these spaces .In so doing the French community leaves the impression of an ‘‘Overseas French decentralized territorial collectivity''.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.