Transferts de fonds vers le Maroc, enjeux, comportement et impacts

par Farid Makhlouf

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jamal Bouoiyour.

Soutenue le 06-07-2013

à Pau , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales et humanités (Pau) .


  • Résumé

    Le phénomène de transferts de fonds suscite un débat passionnant au sein de la classe politique, des chercheurs et des universitaires. Ceci est dû au fait qu’il touche à des aspects humains, économiques et financiers. Les transferts de fonds sont considérés comme étant une source de financement importante pour la majorité des pays en développement. Le Maroc n’échappe pas à cette logique. Il est, en effet, l’un des pays qui reçoit le plus de transferts de fonds dans le monde. L’objet de notre thèse est triple. Il s’agit dans un premier temps, de comprendre l’évolution des transferts de fonds depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui. Dans un deuxième temps, il s’agira de cerner les principaux déterminants de ces transferts. Dans un troisième temps, nous proposerons une analyse approfondie de l’impact des transferts de fonds sur l’économie marocaine dans son ensemble, avec une attention particulière aux politiques de change et aux politiques monétaires. En utilisant des techniques économétriques adéquates et pertinentes ainsi que des données fines (bilatérales), nous arrivons à mettre en lumière des aspects importants des transferts de fonds. En effet, les transferts de fonds constituent un enjeu majeur pour l’économie marocaine, de même, le comportement des migrants en termes de transferts varie selon le pays d’accueil et dans le temps. Leur impact ne s’avère pas être nuisible (absence du phénomène du syndrome hollandais) à l’économie marocaine. Les politiques marocaines d’émigration semblent être pertinentes. Cependant, pour être efficaces, ces politiques doivent être plus hétérogènes, en tenant compte des spécificités et des caractéristiques des migrants en fonction des pays d’accueil.

  • Titre traduit

    Remittances to Morocco : Issues, Behavior and Impacts


  • Résumé

    The phenomenon of migrant remittances has attracted keen interest among policymakers, scholars and researchers. This owes to the fact that remittances involve multiple human, economic and financial aspects. International remittances have become an important source of foreign exchange for several developing countries. One such country is Morocco, being one of the world’s major remittance-receiving countries. This dissertation deals with three features of remittance inflows to the country. First of all, the evolution of remittances from 1980 onwards is analyzed. Secondly, key drivers of these flows are empirically determined. Thirdly, their impacts on the Moroccan economy are examined in detail, especially those pertaining to the country’s exchange rate and monetary policy. Employing pertinent sophisticated econometric techniques and bilateral data, we come up with important findings in this context. We find that remittances are indeed playing a major role in the Moroccan economy; that the behavior of Moroccan migrants in terms of the amounts remitted back home vary with respect to the destination countries as well as the time dimension; and those remittances do not appear to induce the Dutch disease in the country’s economy. As a result, Morocco’s migration policies seem to be adequate. The policy can be made more effective by adapting it to the diverse features and specificities of Moroccan migrant communities residing in different parts of the world.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.