La variation stylistique en maltais : étude des usages concrets de la langue appuyée sur une approche contrastive des phénomènes variationnels en maltais et en français

par Anne-Maria Bezzina (Busuttil)

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Françoise Gadet.

Soutenue le 19-12-2013

à Paris 10 en cotutelle avec l'University of Malta , dans le cadre de École doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) .

Le président du jury était Ray Fabri.

Le jury était composé de Ray Fabri, Thomas Stolz, Martine Vanhove, Carmen Despaquale.

Les rapporteurs étaient Thomas Stolz, Martine Vanhove, Carmen Despaquale.


  • Résumé

    La variation intralocuteur se manifeste selon les usages à partir des conditions situationnelles de production du discours : le chenal oral / écrit, le cadre et la formalité de la situation, le sujet, le ton, les objectifs et enjeux identitaires des participants, et le contexte co-construit et reconstruit tout au long de l’interaction. Une distinction est établie entre formel institutionnel ou protocolaire, pratiqué par des professionnels de la parole publique dans des situations à enjeu sérieux ou médiatiques, et le formel des locuteurs individuels, pratiqué par tous, normalement dans des cadres transactionnels. Le bilinguisme caractérisant la situation linguistique à Malte est décrit comme caractérisé par une diglossie relative, socialement plutôt qu’institutionnellement établie, à partir de la répartition fonctionnelle de l’anglais et du maltais et du prestige associé avec l’anglais considéré par la communauté et le secteur privé comme variété H, contrebalancés par le fait que le maltais est privilégié comme variété H dans les situations protocolaires influencées par l’Etat.Un questionnaire concerne les usages et les attitudes linguistiques au niveau sociétal : il en ressort des attitudes ambivalentes vis-à-vis des dialectes, la vénération dont jouit le maltais sémitique, et les confrontations d’attitudes concernant l’emploi de l’anglais. Ces résultats permettent de mieux comprendre la valeur sociolinguistique des données qui émergent d’un corpus ‘maltais’. Le corpus oral est obtenu à partir de huit locuteurs-clés (dont trois professionnels de la parole publique) enregistrés dans divers types de situations. Le corpus écrit se divise en écrit informel (emails et chat) et écrit formel (articles, prose littéraire, écrits administratifs).Le corpus montre qu’à Malte la variation se réalise par les différences de registre et par l’alternance codique et comprend ainsi les schémas de variation associées avec les situations monolingues comme avec les situations bilingues. Une étude de la distribution des adverbes et conjonctions maltais confirme leur sensibilité à la formalité, au chenal et au genre. La jonction propositionnelle et la dislocation varient également en fonction du style. L’alternance codique paraît motivée par la volonté d’apprendre l’anglais aux enfants, et, pour les adultes, par le prestige et les connotations d’éducation liés à cette langue. La situation linguistique française est connue pour l’écart important entre formes standard et non standard. Les causes en sont énumérées. En contexte maltais, la variation inhérente au maltais et la possibilité de recourir à l’alternance codique fournissent aussi une marge importante de possibilités variationnelles. Les processus de standardisation dans les deux situations diffèrent sur divers plans ; les attitudes linguistiques se ressemblent par une idée de purisme. Une analyse est faite des domaines linguistiques touchés par la variation dans les deux langues, avec des propositions concernant quels types de variation sont davantage tolérés. La variation stylistique domine le contexte non diglossique français ; l’hypothèse est avancée que la variation sociale prédomine en contexte maltais.

  • Titre traduit

    Stylistic Variation in Maltese : a study of actual language use supported by a contrastive approach to variation patterns in Maltese and French


  • Résumé

    Intraspeaker variation takes place according to relevant situational conditions of language use, such as the spoken/written order, the framework and degree of formality of the situation, topic, tone, participants’ aims and identity issues, and context, which is co-constructed and reconstructed throughout the interaction. A distinction is made between institutional or protocol formality, practised by public speech professionals in serious, public, sometimes mediatic situations, and individual speakers’ formality, practised by all, normally within transactional frameworks. The type of bilingualism which characterises the Maltese language situation is described as relatively diglossic, from a social rather than an institutional point of view. This characterisation is based on the functional distribution of Maltese and English, and on the prestige associated with English, considered by the community and the private sector as the H variety, whilst Maltese is the H variety chosen by government institutions for protocol situations.A questionnaire delves into language use and attitudes on a societal level. Ambivalent attitudes emerge regarding regional dialects, as well as veneration of Semitic Maltese, and conflicting attitudes regarding the use of English. These results allow a better understanding of the sociolinguistic value of data obtained from a Maltese corpus. The spoken corpus is obtained thanks to eight key speakers (among which three public speech professionals), recorded in a variety of situations ranging from the formal to the informal. The written corpus is divided into informal (emails, chat) and formal (articles, literary prose, administration texts) sections.The corpus shows that variation takes place in Malta through register shifts and code-switching, thus covering variation patterns associated with both monolingual and bilingual situations. A study of adverb and conjunction distribution in Maltese confirms their susceptibility to formality, channel and genre. Clause junction and dislocation also vary according to style. Code-switching appears motivated by a will to teach children English and, for adults, by the prestige and the connotations of education associated with this language. The language situation in France is known for the significant difference between standard and non-standard forms; its causes are mentioned. In the Maltese context, variation inherent to Maltese and the possibility to resort to code-switching also provide a wide margin of variation possibilities. The standardisation process in the two situations diverges on several levels; language attitudes converge through an idea of language purity. Language areas susceptible to variation are analyzed, and it is proposed that variation is mostly tolerated in Maltese at the syntactic level. Stylistic variation dominates the non-diglossic French context; a hypothesis is proposed that social variation dominates the Maltese context.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.