L’art et la schize du sujet : plasticités contemporaines

par Florian Gaité

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Catherine Malabou.

Le président du jury était Baldine Saint Girons.

Le jury était composé de Catherine Malabou, Baldine Saint Girons, Howard Caygill, Catherine Grenier.

Les rapporteurs étaient Howard Caygill, Catherine Grenier.


  • Résumé

    Organiser la rencontre des concepts de force, de forme et de figure s'inscrit dans le cadre d'un examen critique des modélisations organiques en philosophie. en éprouvant l'opérativité de ce complexe conceptuel à trois têtes, nous souhaitons définir le champ d'action d'une énergétique d'inspiration nietzschéenne, nourrie des réflexions sur le figural de lyotard ou sur le corps sans organes de deleuze et guattari. nos travaux antérieurs ont pensé une approche << plastique >> de l'art contemporain, capable de conceptualiser les dynamiques de transformation propres aux œuvres comme aux processus de création. une relecture des philosophies de la différence permet d'évaluer à nouveaux frais le modèle du vivant et de le confronter au champ de la philosophie politique en y appliquant les moyens mis en œuvre par une esthétique plastique. tant du point de vue des forces échangées du << corps social >> - métaphore dont nous apprécierons les limites - que de la figure du politique, la question est de juger la pertinence d'une philosophie qui interprète les actes humains à partir de modélisations scientifiques de la vie (données des sciences biologiques, physiques, physiologiques ou encore neuronales) /...

  • Titre traduit

    Art and the Splitting of the Self : contemporary Plasticities.


  • Résumé

    Clinical sociology (Ehrenberg, Gauchet), Lacanian psychoanalysis (Melman, Kristeva, Lebrun) and part of the French philosophy (Lyotard, Deleuze, Guattari, Stiegler Malabou) come together to confront the evolutions of the « Libidinal economy » of the Self to the repressive forces of the capitalist system and the macro-orders of neoliberalism. Based on a reflection on social psychopathology, they all note the emergence of a Subject submitted to processes of depersonalization (loss of identity unit), derealization (break with the world) and disaffection (inability to express or feel emotions). This (new) figure of the contemporary subject, we conceptualize with the term "schised", is the central theme of this work focused on the different forms of indifference, boredom or inertia that seem to affect both the public and the plastic wire. Described as "schizo", "exhausted" and "traumatized", the subject of Art reveals a transformation of Plasticity we’ll analyse on two levels: as a process of self-shaping (the plasticity of the subject) and works-shaping (the plasticity of the Art). Focused on the various metamorphoses of this concept, this work seeks to highlight the potential of a hermeneutic aesthetics term at the intersection of neurosciences and psychoanalysis, and to retrace the formal evolutions of a conception of aesthetics marked by collective movement disorders. This reflection starts with a double problematic: Which Art can produce a Subject troubled in its plasticity? Can these psychopathological models help us to explain the indifference of contemporary public ?



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 15-12-2016

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.