Afro-mexicains : les rescapés d'un naufrage identitaire : une étude à travers la musique, la danse et l'oralité

par Sébastien Lefèvre

Thèse de doctorat en Études hispano-américaines

Sous la direction de Françoise Aubès.

Soutenue le 09-11-2013

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .


  • Résumé

    Être Noir au Mexique c’est avant tout ne pas exister. Ne pas exister pour la Nation : aucune reconnaissance officielle dans le cadre de la pluriculturalité de l’État-nation actée constitutionnellement depuis 2001. Ne pas exister aussi pour les Mexicains eux-mêmes qui ne savent pas qu’ils ont des compatriotes noirs. Et pourtant les Afro-mexicains sont bien présents, sur les côtes de Veracruz, mais surtout sur la côte pacifique, et plus précisément sur la Costa Chica entre les États de Guerrero et Oaxaca. Présents physiquement mais aussi culturellement. Ce qui caractérise la situation des Afro-mexicains est cette tension entre invisibilité et visibilité. L’objectif de cette thèse est de questionner cette tension à travers un corpus de chanson (cumbia et chilena) issu de la tradition populaire afro-mexicaine de la Costa Chica. Chansons qui s’accompagnent toujours de danse et d’une certaine pratique orale spécifique. Plus précisément, on se demandera en quoi la musique-danse-oralité peut-elle être considérée comme une forme de langage de la culture afro-mexicaine, c’est-à-dire dans quelle mesure la musique-danse-oralité des Afro-mexicains est-elle une représentation (une sorte de miroir) de leur identité culturelle ? Ou encore, peut-on analyser la musique-danse-oralité chez les Afro-mexicains comme un espace-temps d’épanouissement (conscient, inconscient ?) de leur culture dans un pays dominé par l’idéologie du métissage. Idéologie excluante, car construite comme un unique dialogue entre Blancs et Indigènes ?

  • Titre traduit

    Afro-mexicans : the survivors of an identity wreck. A study through the music, the dance and the orality.


  • Résumé

    In Mexico, Black people are deprived of a real existence. The Nation ignores their existence. They have no official status within the framework of the pluriculturality of the nation which was constitutionally enacted in 2001. Mexican people also ignore them because they do not know that they have black fellow citizens. Yet Afro-Mexican people do exist on the Coast of Veracruz, and mainly on the Pacific Coast, and more precisely on Costa Chica between the states of Guerrero and Oaxaca. Not only do they exist physically-speaking but they also do culturally-speaking. What characterizes the situation of Afro-Mexican people is this duality between invisibility and visibility. The aim of this doctorate is to deal with that duality through a corpus of songs (cumbia and chilena) from the Afro-Mexican popular songs of Costa Chica. These songs always include dances and a specific oral practice. The question is to know how music, dance and orality can be regarded as a form of language of Afro-Mexican culture, that is to say to what extent Afro-Mexican music, dance and orality is a representation –a kind of mirror –of their cultural identity. Or, in other words, can Afro-Mexican music, dance and orality be analysed as a pattern within space and time that enables the fulfillment –either conscious or unconscious- of their culture in a country dominated by the ideology of melting pot ? That ideology excludes some people because it is based upon a dialogue between White people and indigenous people only.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.