Une hygiène psychique au travail ? : genèse et usages du coaching en entreprise en France

par Scarlett Salman

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de François Vatin.

Soutenue en 2013

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie, à travers le coaching en entreprise, l’essor d’une hygiène psychique au travail, entendue comme une norme d’attention accrue à la subjectivité des travailleurs et à leur comportement en public. L’enquête ethnographique, menée par observations, entretiens et questionnaires auprès de coachs, de gestionnaires des ressources humaines et de cadres coachés, permet d’analyser la genèse du coaching et ses usages. Apparu aux États-Unis dans les années 1980, le coaching est né de l’entrecroisement des savoirs entre psychosociologie et psychothérapie. Son institutionnalisation en France dans les années 1990-2000 est redevable de dispositifs publics mis en place dans un contexte de chômage, comme de l’action collective de consultants investis dans la création de ce segment. La nouvelle activité suscite des vocations auprès de consultants cherchant à étendre leurs activités et de cadres reconvertis après une rupture professionnelle, qui se font les défenseurs du « nouvel esprit du capitalisme ». Les effets de cette pratique en entreprise sont ambivalents. Elle participe d’une psychologisation des rapports de travail, qui renvoie l’explication des problèmes professionnels rencontrés par les cadres à leur personnalité et non à la nature de leur travail. Le coaching exerce ainsi une fonction « palliative ». Mais il aide aussi les cadres à surmonter les tensions professionnelles, ce qui permet de les garder mobilisés. Cette pratique est porteuse d’un paradoxe : à rebours du « nouvel esprit du capitalisme » au nom duquel il est promu, le coaching rappelle implicitement aux cadres l’importance des règles, de la planification et de l’ordre hiérarchique.

  • Titre traduit

    Psychological hygiene at work? : the genesis and uses of executive coaching in France


  • Résumé

    By studying executive coaching, this dissertation aims at understanding the rise of a new form of psychological « hygiene », which consists in an increased attention to workers’ subjectivity and to their behavior in public. Our ethnographic inquiry, based on observations, interviews and surveys conducted with coaches, human resources professionals and higher executives, analyzes the genesis and uses of coaching. Born in the USA in the 1980s, coaching results from a mix of knowledge developed in the fields of social psychology and psychotherapy. Its institutionalization in France in the 1990s-2000s was favored by public devices set up in a context of massive unemployment, as well as by the collective action of consultants who devoted themselves to the creation of this new activity. Coaching attracts consulting experts who want to expand the scope of their activities, and executives who turn to this practice as a new job after professional difficulties. Both hardly believe in the « new spirit of capitalism ». The effects of coaching are ambivalent. On the one hand, it contributes to the psychologization of social relationships at work, explaining professional problems by executives’ personalities instead of looking at the nature of their work activity: this is the coaching’s palliative function. On the other hand, this practice helps executives cope with their professional problems, keeping them motivated. The paradox is that in spite of the neomanagerial speeches that feed the « new spirit of capitalism », coaching implicitly fuels abeyance to the rules, planning and hierarchy which still prevail in organizations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (620 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.581-609.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T13 PA10-118
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.