Sur l’écriture : la question de l’innommable chez Maurice Blanchot

par Yi-fan Pan

Thèse de doctorat en Philosophie (métaphysique, épistémologie, esthétique)

Sous la direction de Alain Milon.

Le président du jury était Alain Brossat.

Le jury était composé de Alain Milon, Alain Brossat, René Schérer, Stéphanie Tsai Shuling.

Les rapporteurs étaient René Schérer, Stéphanie Tsai Shuling.


  • Résumé

    L’écriture de Maurice Blanchot est-elle dirigée par sa pensée philosophique ou par sa pensée littéraire ? Du fait de son double rôle, le critique et le romancier, son écriture nous paraît pouvoir présenter ces deux genres de pensées, philosophique et littéraire. La pensée philosophique vise le but de dévoiler la vérité et, avec elle, l’écriture devient la représentation qui met en œuvre la pensée dialectique ; à ce titre, chaque mot doit correspondre au propos d’un penseur afin que le lecteur puisse le suivre. La pensée littéraire repose sur la transformation de ce qui était et, avec elle, ce qui est écrit n’est pas encore écrit mais à écrire ; un romancier demande au lecteur de chercher le deuxième sens dans son écriture, autrement dit, ce qu’il dit peut ne pas être ce qu’il veut dire. C’est de là que viennent deux sortes d’écritures : l’une dit le vrai, l’autre ment. Comment le lecteur distingue-t-il la réalité de la littérature de Blanchot ? En lisant la critique de Blanchot, le lecteur parvient-il à croire en son auteur qui est aussi un romancier ayant une écriture détournée ? Nous nous demandons si, en écrivant, Blanchot ne se trompe jamais entre ses deux rôles. En ce sens, notre thèse interroge sur l’indétermination de l’écriture de Maurice Blanchot.

  • Titre traduit

    The writing : the question unspeakable of Maurice Blanchot


  • Résumé

    Is the writing of Maurice Blanchot determined by its philosophical thought or literary thought? Because of his dual roles, critic and novelist, Blanchot’s writing seems to display two possible thoughts: philosophical and literary thoughts. Philosophical thought is the aim on uncovering the truth. As a result, the writing becomes an implement to represent the dialectical thinking. Every chosen word must correspond to what the thinker stated so that the reader can follow it. Literary thought bases on transforming the original fact. A novelist asks the reader to look for the second meaning in his writing, in other words, what he wrote is not equal to what he meant. Thus what is written (by the author) is not yet written, but is waiting for written (by readers). There are two kinds of writing: one tells the truth, the other tells the lie. How can readers distinguish the reality from the writing of Blanchot? Can readers believe Blanchot’s literary criticism while he is also a novelist along with those rhetorical writing skills? One questing would Blanchot never confuse between his double roles. Accordingly, this thesis will discuss the indeterminacy within the writing of Maurice Blanchot.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.