Étude épidémiologique et Facteurs psychopathologiques impliqués dans le jeu compulsif

par Céline Cousin

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Lucia Romo et de Christophe Genolini.

Soutenue en 2013

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le jeu problématique (JP) appartient aux Troubles du contrôle des impulsions (DSM-IV-TR). Il est considéré comme une addiction comportementale (Goodman, 1990). Objectifs: 1) Etudier les facteurs psychologiques anxiété, dépression, distorsions cognitives et impulsivité impliqués dans le JP au sein de trois populations : générale, points de vente (PDV) et clinique. 2) Etudier la prévalence du JP dans Paris et la région parisienne en populations générale et PDV (centres de jeux PMU et FDJ). Méthodologie : Notre échantillon est composé de 308 sujets en population générale, 601 en population PDV et 98 patients en population clinique. Outils d’évaluation utilisés : SOGS, ICJE, GRCS, échelles HAD et BIS-10. Résultats : Grâce à un modèle statistique, le type de joueur ICJE est prédit à partir des items SOGS. Plus le degré de pathologie du jeu est sévère, plus les distorsions cognitives sont élevées quel que soit le lieu de recrutement. Il n’existe pas de différence significative concernant l’intensité de l’Illusion de contrôle en fonction du genre. L’anxiété et la dépression sont plus présentes chez les JP de la population clinique que chez les JP des populations générale et PDV mais sans différence significative au niveau du genre. Concernant l'impulsivité, il n’existe pas de différence significative entre les hommes et les femmes JP quel que soit le lieu de recrutement. La prévalence des JP est de 1,6% en population générale et 4,82% en population PDV. Discussion : Il serait judicieux de mettre en place des études de suivi et des études spécifiques sur les sujets fréquentant les casinos, les hippodromes et jouant sur Internet en rapport avec les facteurs psychopathologiques étudiés.

  • Titre traduit

    Epidemiological study and Psychopathological factors involved in pathological gambling


  • Résumé

    Pathological gambling (PG) belongs to the disorders of impulse control (DSM-IV-TR). It is considered as a behavioral addiction (Goodman, 1990). Aims of the study: 1) Study the psychological factors such as anxiety, depression, cognitive distortions and impulsivity involved in PG into three populations: general, point of sale (POS) and clinical. 2) Study the prevalence of PG in Paris and the Paris area in general and POS populations (PMU and FDJ game centers). Methods: Our sample consists of 308 subjects for the general population, 601 for POS population and 98 patients for the clinical population. Assessment tools used: SOGS, CPGI, GRCS, HAD and BIS-10 scales. Results : Using a statistical model, the CPGI type of gambler is predicted from the SOGS items. The more severe the degree of pathology of gambling is, the more elevated the cognitive distortions are, whatever the place of recruitment. There is no significant difference according to the genre regarding the illusion of control intensity. Anxiety and depression are more present for the PG within the clinical population than (the PG) within both the general and POS populations but with no significant difference regarding the genre. There is no significant difference in impulsiveness between men and women PG whatever the place of recruitment. Prevalence of PG is 1. 6% in the general population and 4. 82% in the POS population. Discussion: It would be relevant to set up follow-up and specific studies on the subjects frequently attending casinos, racecourses and playing on the Internet related to the studied psychopathological factors.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (320 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.221-240.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T13 PA10-083
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.