Interface syntaxe-topologie et amas verbal en coréen et en français

par Jihye Chun

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Sylvain Kahane.

Soutenue en 2013

à Paris 10 .


  • Résumé

    Le but de cette thèse est d'analyser la question de l’ordre des mots en coréen et en français, et d’éclairer en quoi ces deux langues génétiquement et typologiquement très éloignées mettent en évidence une même notion d’amas verbal. Nous développons une modélisation simple de l’ordre des mots du coréen dans le cadre de la grammaire de dépendance topologique – première modélisation topologique pour cette langue – un système de règles d’ordre formelles décrivant la correspondance entre l’arbre de dépendance d’une phrase et une structure de constituants ordonnée. C’est à ce niveau qu’apparaît l’amas verbal, un constituant topologique cohésif, qui favorise la non-projectivité de constructions comme la relativisation, le clivage et la topicalisation. Il apparait tant en coréen qu’en français, tout en ayant des propriétés différentes d’une langue à l’autre. Nous montrons ainsi qu’un petit nombre de règles d’ordre peut rendre compte de l’ordre des mots du coréen, considéré comme une langue à ordre relativement libre. Ce résultat se fonde sur notre tentative préalable d’analyser, d’une manière simple et cohérente, la structure de la phrase coréenne en nous basant sur la théorie de la translation.

  • Titre traduit

    Syntax-Topology Interface and Verb Cluster in Korean and French


  • Résumé

    The aim of this thesis is to examine the question of word order in Korean and French, and to shed light on the way in which these two genetically and typologically very different languages manifest the same notion of verb cluster. We develop a simple modeling of word order in Korean within the framework of topological dependency grammar – the first topological modeling for this language – a system of formal rules accounting for the correspondence between the dependency tree of a sentence and an ordered constituent structure. At that stage the verb cluster appears, a cohesive topological constituent, which favors the non-projectivity of constructions such as relativization, clefting and topicalization. It appears in Korean as well as in French, albeit with different properties in each language. We thus show that a small number of linearization rules can account for the word order facts of Korean, considered as a language with a relatively free order. This result relies on our preliminary endeavor to analyze the structure of the Korean sentence in a simple and coherent way based on the theory of (categorial) transfer.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (294 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.271-289. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T13 PA10-026
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.