L'évolution du Gezai-xi à Taiwan : l'institutionnalisation de la tradition

par Fang-Hsuan Chiu

Thèse de doctorat en Ethnoscénologie

Sous la direction de Jean-Marie Pradier.


  • Résumé

    Le Gezai-xi est une forme de spectacle vivant musical chanté et dramatisé né sur l’île de Taiwan. Ce n’est pas un art de lettrés, il est issu d’une pratique rurale vivante à Taiwan depuis le XIXe siècle, celle des Gezai, petits chants en langue minnan pratiqués durant le labeur agricole par les populations rurales taiwanaises émigrées de la région méridionale de la province chinoise Fujian. Depuis longtemps le Gezai-xi est considéré comme une forme mineure, car sa principale raison d’être est d’amuser le public. Dans la société taiwanaise actuelle, cette image d’un divertissement populaire, voire vulgaire, persiste. Cette thèse se propose de décrire et d’analyser le processus de transformation en emblème national d’un art du spectacle taiwanais d’origine rurale dans le contexte de la politique culturelle dite d’indigénisation du gouvernement nationaliste et de son projet de construction identitaire nationale. Cette évolution tend à institutionnaliser et à fixer une pratique peu codifiée au risque d’en modifier profondément l’originalité et l’usage. Fondée sur l’enquête historique et le recueil des témoignages des performeurs et des publics la thèse retrace l’évolution de cette forme spectaculaire qui a accompagné la construction de la société taiwanaise tout au long du XXe siècle jusqu’à son institutionnalisation dans la prestigieuse institution publique nationale Fu-Hsing Dramatic Arts Academy qui l’a fait accéder au statut de spectacle identitaire national.


  • Résumé

    Gezai-xi is a form of live performance art, sung and dramatised, which was born on the island of Taiwan. It is not an art of lettered folk; rather it issues from a rural practice which has flourished in Taiwan since the 19th century: that of Gezai, little songs in the minnan language, sung during agricultural labour by rural Taiwanese populations who emigrated from the Fujian province of China. Gezai-xi has long been considered a minor artform, as its principal raison d'être is to entertain the audience. This image of a popular, even vulgar, entertainment persists in current Taiwanese society. The aim of this thesis is to describe and analyse the process by which a Taiwanese performance art with rural origins has been transformed into a national emblem, in the context of the nationalist government's cultural policy known as indigenisation, and its project of constructing a national identity. This development has tended to institutionalise and immobilise a little-codified practice, at the risk of profoundly modifying its originality and usage. Founded on historical inquiry and the collection of testimony from performers and audiences, the thesis retraces the development of the artform, which accompanied the construction of Taiwanese society throughout the 20th century, up to its institutionalization in the Fu-Hsing Dramatic Arts Academy, the prestigious national public institution which has raised it to the status of a national-identity performance art.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (573 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 469-495

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3638
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.