Impact de trois perturbateurs endocriniens, le bisphénol A, la génistéine et la vinclozoline sur l'amélogenèse

par Katia Jedeon

Thèse de doctorat en Physiologie et physiopathologie

Sous la direction de Sylvie Babajko.

Soutenue en 2013

à Paris 7 .


  • Résumé

    Notre environnement contient de plus en plus de polluants dont les perturbateurs endocriniens (PE), associés à une augmentation de la prévalence de pathologies graves et à l'émergence de nouvelles pathologies. Récemment, une nouvelle pathologie amélaire appelée hypominéralisation des molaires et des incisives (MIH) a été décrite. Cette pathologie, dont l'étiologie est inconnue, est devenue un véritable problème de santé publique avec une prévalence d'environ 18%. L'objectif de ce travail fut de rechercher des relations potentielles entre l'exposition aux PE et le MIH. Pour cela, des rats Wistar ont été exposés à de faibles doses de trois PE, le bisphénol A (BPA), la génistéine et la vinclozoline, seuls ou en association, de la conception jusqu'au sacrifice. 75% des rats traités au BPA seul, présentaient des taches d'hypominéralisation amélaire dont les caractéristiques structurales et biochimiques étaient comparables à celles des dents humaines atteintes par le MIH analysées en parallèle. Ainsi, nous proposons d'utiliser les dents MIH comme biomarqueur précoce d'exposition aux PE agissant comme le BPA. Par ailleurs, nos résultats ont montré que l'action du BPA sur la prolifération des précurseurs améloblastiques et les modulations d'expression de deux gènes cibles clé, l'énaméline et la kallikréine 4, ne semble emprunter qu'en partie la voie œstrogénique suggérant que dans l'épithélium dentaire, le BPA interagit avec d'autres récepteurs que ERα et ERß. La combinaison du BPA avec les deux autres PE impacte apparemment moins l'amélogenèse. Les trois PE étudiés ici modulent chacun différemment l'expression des gènes codant les protéines matricielles amélaires et les protéases spécifiques de l'émail, réduisant l'effet des autres PE. Ceci explique, au moins en partie, l'impact différentiel sur l'émail de substances exogènes hypominéralisantes dont la relation avec le développement de certaines pathologies sera intéressante à étudier dans le futur.

  • Titre traduit

    Impact of three endocrine disruptors, bisphenol A, genistein and vinclozolin on amelogenesis


  • Résumé

    Our environment has become increasingly contaminated by pollutants including endocrine disruptor Chemicals (EDCs), associated with an increased prevalence of serious diseases and the emergence of new diseases. Recently, a new dental pathology called molar incisor hypomineralization (MIH) has been described. This pathology, whose etiology is unknown, has become a real public health problem with a prevalence of roughly 18%. The aim of this work was to investigate potential relationships between exposure to EDCs and MIH. For this purpose, Wistar rats were treated from the conception to the sacrifice, with low doses of three EDCs, bisphenol A (BPA), genistein and vinclozolin, alone or in combination. 75% of rats treated with BPA alone have shown enamel hypomineralized spots sharing similar biochemical and structural characteristics with human teeth affected by MIH analyzed in parallel. Thus, we propose to use MIH teeth as an early biomarker o exposure to EDCs acting as BPA. The effects of BPA on pre-ameloblast prolifération and enamelin and klk4 expression seem to use the estrogenic pathway only in part suggesting that BPA could interact with other receptors than ERa and ERp in dental epithelial cells. Each combination of BPA with other EDCs affects specifically the amelogenesis explaining the lower impact of the combination compared with BPA alone. This explains, at least in part, the différentiel impact of exogenous hypomineralizing substances on enamel whose relationship with the development of certain diseases will be interesting to study in the future.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (167 f.)
  • Annexes : 471 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2013) 122
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.