Mode de transmission, variabilité génétique et intégration virale et cellulaire du nouveau polyomavirus humain associé au carcinome à cellules de Merkel

par Claire Martel-Jantin

Thèse de doctorat en Microbiologie et virologie

Sous la direction de Antoine Gessain.

Soutenue en 2013

à Paris 7 .


  • Résumé

    Le Polyornavirus des cellules de Merkel (MCPyV) est un nouveau Polyomavirus humain récemment identifié dans des tissus tumoraux de patients atteints d'un carcinome à cellules de Merkel (MCC). Le MCC est un carcinome neuro-endocrinien de la peau, agressif, touchant principalement les patients d'origine caucasienne, âgés, parfois immunodéprimés (VIH, greffés, hémopathie maligne). Dans le cadre d'une collaboration multicentrique associant plusieurs services de dermatologie et de laboratoires d'anatomopathologie, notre Unité a développé différentes études sur ce nouveau virus oncogène. 1) Détection du MCPyV dans des prélèvements cutanés en utilisant des amplimers de deux régions du gène codant l'antigène T. 2) Étude de la variabilité du MCPyV au niveau du gène codant l'antigène T afin de rechercher la présence de codons stop dans les virus présents chez des patients avec un MCC, pouvant être impliqués dans la carcinogenèse virale et d'étudier la relation entre la présence de codons stop et la gravité de la tumeur. De plus, nous avons voulu savoir s'il existait une variabilité génétique en fonction de l'origine des personnes infectées. Pour cela, nous nous sommes centrés sur l'amplification partielle ou complète du génome du MCPyV par séquençage classique de différents produits de PCR et par séquençage à haut débit avec analyse bioinformatique. 3) Étude de l'intégration du MCPyV présent dans les MCC à partir de la technique de DIPS-PCR. 4)Étude de la transmission du virus en réalisant une étude séro-épidémiologique de deux populations vivant au Cameroun. La séroprévalence du MCPyV est très élevée en population générale, dès l'enfance et augmente avec l'âge. Une transmission du MCPyV enfant-enfant voire mère-enfant est très probable. Cette observation conduit à penser qu'un contact proche entre individus est nécessaire pour la transmission du MCPyV (salive, peau).

  • Titre traduit

    Mode of transmission, Genetic Variability and Integration of new Human Polyomavirus associated with Merkel Cell Carcinoma


  • Résumé

    Merkel cell Polyomavirus (MCPyV) is a new human Polyomavirus recently identified in tumoral tissues of patients with a Merkel cell carcinoma (MCC). MCC is a neuroendocrine cell carcinoma of the skin, aggressive, occuring mainly among elderly patients of caucasian origin. Immunodepression (AIDS, transplantation, chronic lymphocytic leukemia) can be a risk factor. A multicentric collaboration with different services of dermatology and anatomopathology was set up, and our Unit has developped differents studies on this new oncogenic virus: 1) Detection of MCPyV in different skin specimens by using two primer pairs specific for the T antigen coding region. 2) Study of the variability of MCPyV in the T antigen coding region. The presence of stop codons was investigated in viral samples obtained from patients with MCC, in order to study their possible correlation with viral carcinogeneses. Also, our goal was to search for specific MCPyV geographically related genotypes. We studied a series of 204 adult volunteers from 4 continents. 3) Study of the integration of MCPyV present in MCC by DIPS-PCR. 4)Study the modes of transmission of MCPyV. We conducted sero-epidemiological surveys in two populations from Cameroon. Overall MCV seroprevalence was high (>75% in adults). Data from the first population indicated that MCPyV infections mostly occurred during early childhood. Moreover, we supposed that MCPyV infection is acquired through close contact, possibly involving saliva and/or the skin, especially between young siblings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (211 f.)
  • Annexes : 429 réf.

Où se trouve cette thèse ?