Le constructivisme et le langage : Deleuze et l'onto-logique du sens

par Guillaume Collett

Thèse de doctorat en Psychanalyse et psychopathologie

Sous la direction de Monique David-Ménard et de Lorenzo Chiesa.

Soutenue en 2013

à Paris 7 en cotutelle avec l'University of Kent at Canterbury .


  • Résumé

    Cette thèse développe une lecture constructiviste de la première philosophie de Gilles Deleuze. Dans l'introduction j'expose les raisons pour lesquelles je considère que le projet philosophique de Deleuze — des années 50 aux années 90 — se centre sur le problème de l'immanence, ce qui est, pour Deleuze, inséparable de sa « construction ». J'utilise le terme « l'onto-logique » pour articuler la notion d'immanence construite par le langage, et je considère que le « sens univoque » est le nom de cette immanence deleuzienne pendant les années soixante. Dans la première partie je démontre d'où vient la conception deleuzienne du sens univoque -notamment de Nietzsche et de Spinoza — et j'explique que Deleuze trouve dans leur philosophie une solution à l'impasse : soit la critique transcendantale, soit par la métaphysique pré-kantienne. De plus, dans sa lecture de Spinoza et de Bergson, Deleuze découvre une façon de conceptualiser comment un dualisme provisionnel de l'être et de la pensée peut se développer en monisme non-substantiel, grâce à une « logique » constructiviste de l'expression. Dans la deuxième partie, je continue à analyser ce point de vue théorique et je l'applique au paradigme structuraliste, et à la ré-invention du structuralisme faite par Deleuze dans Logique de sens (1969). J'analyse comment Deleuze utilise le structuralisme et la psychanalyse pour construire une nouvelle théorie du langage, qui comprend la relation entre mot (en tant que forme propositionnelle idéale) et chose (en tant que corps physique) de façon ontologique. Les mots et les choses s'entre-articulent pour exprimer le sens ontologiquement univoque comme plan d'immanence du langage.


  • Résumé

    This thesis argues for a constructivist reading of Gilles Deleuze' s early philosophy. In the introduction I outline why I consider Deleuze's philosophical project — from the 1950s to the 1990s — to centre on the problem of immanence, which for Deleuze is inseparable from its "construction" by various means, including language. The term "onto-logic" is used to capture this notion of immanence as constructed by language, and I claim that "univocal sense" is the name of this immanence during Deleuze' s 1960s works. In Part I, I show in detail how Deleuze derives his conception of univocal sense from the work of Nietzsche and Spinoza. I propose that Nietzsche's and Spinoza's critiques of the forms of Man and God are marshalled and transformed by Deleuze, offering a third alternative to the deadlock: either transcendental critique or pre-critical metaphysics. I also show that Deleuze's reading of Spinoza, and Bergson, entails a provisional dualism of Being and Thinking giving way to a monism, thanks to a constructivist "logic" of expression, which is where I locate the original site of Deleuze's "plane of immanence". In Part II, I extend this framework to the specific terrain of Deleuze' s engagement with the structuralist paradigm in his texts from the Tate 1960s, especially The Logic of Sense. I show how Deleuze constructs a theory of language in this text which uses the tools of structuralism and psychoanalysis to argue that corporeal bodies and the ideal propositional forms of language co-articulate to express sense. The univocal sense expressed merges the dualism of bodies and language which produced sense as their surface-effect, a veritable case of Deleuzian immanence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(409 p.)
  • Annexes : 231 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2013) 093
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.