Etude au cours du développement de Sepia officinalis des structures tégumentaires à l’origine des motifs colorés

par Aude Andouche

Thèse de doctorat en Biologie du développement

Sous la direction de Laure Bonnaud-Ponticelli et de Yann Bassaglia.

Soutenue en 2013

à Paris 6 .


  • Résumé

    Les céphalopodes Coléoides (seiches, calmars, pieuvres) sont les organismes dont les capacités à changer d’apparence et de couleurs pour communiquer ou se camoufler, sont les plus élaborées. Ces capacités sont étroitement corrélées au mode et au milieu de vie des espèces considérées. Leur tégument contient trois structures cellulaires spécifiques que sont les chromatophores, les iridophores et les leucophores. Ce travail de thèse utilise les différentes approches pour étudier, chez Sepia officinalis, la mise en place de ces différentes structures au cours du développement embryonnaire et contribuer à la compréhension des mécanismes d’évolution des ornementationschez les Coléoides. Concernant les chromatophores, nous décrivons la dynamique de leur apparition. Un lien entre neurones à FMRFamides et développement des chromatophores est également proposé. Une approche par RPE nous a permis de proposer la présence de mélanines/phéomélanine au niveau de la peau. Le problème de la mise en évidence précoce des chromatophores (expression d'ARN "marqueurs") est abordé et discuté. Concernant les iridophores, dont les propriétés optiques sont dues à la production de protéines spécifiques (les réflectines), leur mise en place est décrite pour la première fois. Nous prouvons l’existence de 6 gènes de réflectines chez S. Officinalis et démontrons que cette diversité n’est pas associée à une expression tissu-spécifique. Les gènes de réflectines d’autres espèces de céphalopodes ont été séquencés et une première analyse phylogénétique démontre une histoire évolutive complexe impliquant une diversification potentielle de trois formes ancestrales de réflectines putatives.

  • Titre traduit

    Study in the development of Sepia officinalis integumentary structures originally colored patterns


  • Résumé

    Coleoid Cephalopods (cuttlefishes, squids, octopuses) are the organisms with the most developed abilities to change their shape and colour, mostly for communication and camouflage. Their integument possesses three specific cellular structures, namely chromatophores (neuromuscular and pigmentary organs), iridophores (providing iridescence) and leucophores (providing the white background of patterns). This work applied different approaches (biochemistry, histology and genetic), in Sepia officinalis, to study the development of these structures and to understand how colour patterns have closely evolved with both life history and ecological niche in each coleoid group. Regarding chromatophores, we describe their developmental dynamic. A link between FMRF-amide neurons and chromatophore development is discussed. RSE analysis tends to confirm the presence of melanins in chromatophores. The difficulty to investigate the development of chromatophores (through ARN expression) is described and discussed. Regarding iridophores (the optical properties which are due to the production of specific proteins called reflectines), we describe their developmental dynamic for the first time. We demonstrate the occurrence of six different reflectin genes in S. Officinalis and show that their expression is not tissue or organ specific. Reflectin genes in other cephalopod species have been sequenced and our preliminary phylogenetical analyse point up a complex evolutionary history with the potential diversification of three putative ancestral reflectin forms.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (240 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.137-149

Où se trouve cette thèse ?