Tectonique active et paléosismologie des décrochements de l'Iran Central

par Mohammad Foroutan

Thèse de doctorat en Géoscience et ressources naturelles

Sous la direction de Bertrand Meyer et de Michel Sébrier.

Soutenue en 2013

à Paris 6 .


  • Résumé

    Le taux de glissement et le comportement sismique de trois failles décrochantes dextres N-S, découpant l’Iran central, sont étudiés dans cette thèse. Les études paléosismologiques sur la faille de Dehshir, longue de 380 km, démontrent l’existence d’au moins trois gros (Mw ≈ 7) séismes depuis 22 ka, l’événement le plus récent s’étant produit juste avant 2 ka. Nos observations suggèrent que le taux de glissement de 1. 2 ± 0. 3 mm a-1 est resté constant depuis 270 ka. L’étude paléosismologique de la faille d’Anar, longue de 200 km, montre que trois gros séismes se sont produits à 4. 4 ± 0. 8, 6. 8 ± 1, et 9. 8 ± 2 ka. L’âge de l’événement le plus récent suggère que la faille s’approche de la fin de son cycle sismique. Nos résultats confirment que le taux de glissement minimum de la faille d’Anar est de 0. 8 ± 0. 1 mm a-1. Le taux de glissement sur la faille de Nayband, longue de 290 km, est de 1. 8 ± 0. 7 mm a-1 depuis ∼100 ka. Cette faille a produit au moins quatre gros séismes depuis 17. 4 ± 1. 3 ka et deux antérieurs, l’âge des évènements récents suggère une activité en “clustering”. Le séisme le plus récent des failles de Nayband et Dehshir n’apparaissent pas dans les chroniques historiques limitant toute évaluation de l’aléa sismique sans données géologiques. L’Iran central n’est donc pas totalement rigide et sa déformation interne modérée est responsable d’un aléa sismique significatif. Ainsi, des séismes forts et peu fréquents caractérisent les failles dextres à faibles taux de glissement qui découpent l’Iran central et oriental. La sommation de ces taux de glissement du Plateau iranien jusqu’à la limite avec l’Afghanistan ne semble pas en accord avec les données GPS disponibles.

  • Titre traduit

    Active tectonics and paleoseismology of strike-slip faults of Central Iran


  • Résumé

    The slip rate and seismic behavior of three prominent N-striking, right-lateral, strike-slip faults slicing Central Iran have been investigated throughout this dissertation. The paleoseismic records along the 380-km long, Dehshir fault demonstrate the occurrence of at least three large (Mw ≈ 7) earthquakes during the last 22 ka, the most recent event occurring shortly before ∼2 ka. Additional observations suggest that the slip rate of 1. 2 ± 0. 3 mm yr-1 has remained constant during the last 270 ka. The paleoseismic study on the 200-km long, Anar fault shows that three large earthquakes occurred at 4. 4 ± 0. 8, 6. 8 ± 1, and 9. 8 ± 2 ka. The age of the most recent event suggests the fault is approaching the end of its seismic cycle. These results confirm a minimum slip rate of 0. 8 ± 0. 1 mm yr-1 for the Anar fault. The slip rate on the 290-km long, Nayband fault is constrained to 1. 8 ± 0. 7 mm yr-1 over the last ∼100 ka. This fault produced at least four large earthquakes during the last 17. 4 ± 1. 3 ka and two older events; the ages of the recent earthquakes suggest seismic clustering. The most recent earthquakes on the Nayband and Dehshir faults went unnoticed in the historical seismic records, challenging any seismic hazard assessment without geologic information. The paleoseismic data show that Central Iran does not behave totally as a rigid block and that its moderate internal deformation is responsible for a significant seismic hazard. Thus, large and infrequent earthquakes typify the slow-slipping, strike-slip faults slicing Central and Eastern Iran, which slip rates summed from the Iran Plateau up to the Afghan lowlands remain difficult to match with the available GPS data.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2014 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Tectonique active et paléosismologie des décrochements de l'Iran Central

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XII-223 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 159-170 et p.[195]-223

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Section Géosciences et environnement.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2013 662 / TH87

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Section Géosciences et environnement.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 13 PA06 6662
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.