De la maternité chez des femmes migrantes en errance

par Elodie Panaccione

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Marie Rose Moro.

Le président du jury était Bernard Golse.

Le jury était composé de Marie Rose Moro, Bernard Golse, Thierry Baubet, Khadija Chahraoui, Marie-Claude Fourment-Aptekman, Olivier Taïeb.

Les rapporteurs étaient Thierry Baubet, Khadija Chahraoui.


  • Résumé

    Cette étude a pour objectif de cerner les enjeux psychiques et culturels de la période périnatale à l'épreuve des ruptures générées par l’absence de domicile fixe chez des femmes migrantes originaires d’Afrique subsaharienne. Notre première hypothèse suppose que, durant la période prénatale, l’absence de domicile fixe réactiverait fortement le vécu de ruptures et de pertes associé à l’expérience migratoire et entrainerait une mise en suspens des capacités élaboratives rendant la femme peu disponible aux changements spécifiques de la grossesse. Notre deuxième hypothèse suppose que, durant la période post-natale, on observerait une redynamisation des processus psychiques puisque la naissance de l’enfant favoriserait l’inscription physique et psychique de la femme dans le pays d’accueil. Cette naissance permettrait à la femme de donner du sens à son histoire mais aussi de créer du lien entre le pays d’origine et le pays d’accueil ainsi qu’entre le passé et le présent. Sur le plan méthodologique, nous avons utilisé le complémentarisme de l’éthnopsychiatrie et construit deux grilles d’entretien. L’Entretien Transculturel pour les Représentations Maternelles pendant la Grossesse (ETRG) que nous avons utilisé auprès de dix femmes africaines enceintes de plus de sept mois de grossesse sans domicile fixe et l’Entretien Transculturel pour les Représentations Maternelles après la Naissance (ETRN) que nous avons utilisé auprès de sept de ces femmes entre les deux et quatre mois de leur enfant. L’analyse de nos entretiens a mis évidence que le travail psychique propre à la maternité se trouve complexifié par les contraintes générées par les conditions matérielles et affectives dans lesquelles vivent ces femmes migrantes. Cette recherche souligne la nécessité de mettre en place des solutions de mise à l’abri pérennes tout autant que des actions préventives en direction de ces femmes et de leurs enfants. Par-delà, cette étude permet de définir des modalités d’accompagnement spécifiques à ce public ainsi que de nouvelles perspectives de recherches transversales et longitudinales. Il s’agit de concevoir un soutien pour ces familles qui ne soit pas seulement matériel ou financier mais qui intègre la dimension sociale, psychologique et culturelle.

  • Titre traduit

    Motherhood among migrants wandering women


  • Résumé

    This study aims to identify psychological and cultural issues in the perinatal period in the event of disruptions generated by homelessness among migrant women in sub-Saharan Africa. Our first assumption is that, during the prenatal period, the homelessness reactivates the highly experienced disruptions and losses associated with the migration experience and would result in an interruption of the thought process. The consequence would then be that these women won’t feel available and disposed to experience the specific changes of pregnancy. Our second assumption is that during the postnatal period, there would be a revival of psychic processes thanks to the birth of their child, which will enable these women to anchor themselves physically and mentally in the host country. This birth would allow them to make a sense out of their own history but also to create a link between their country of origin and the host country, as well as between the past and the present. On the methodological level, we used the complementarism of ethnopsychiatry and built two interview grids. The Transcultural Care for Maternal representations during pregnancy (ETRG) that we used with ten homeless African women being at more than seven months of pregnancy and Interview of Transcultural Representations Nursery after Death (ETRN) that we used for seven women with children between two and four months’ old. The analysis of the interviews has highlighted that the psychological work related to maternity is complicated by the constraints generated by the material and emotional environment in which migrant women live. This research highlights the need to develop solutions to shelter these women and their children as well as to develop perennial preventive actions towards them. Beyond, this study defines the specific terms and conditions to support this public, as well as new research perspective both transversal and longitudinal. It is about designing a support for those families that will not only be financial or material, but which will integrate the social, psychological and cultural dimensions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.