Les tsha tsha du monde tibétain : études de la production, de l’iconographie et des styles des moulages et estampages bouddhiques

par Kunsang Namgyal-lama

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Édith Parlier-Renault.

Soutenue le 16-12-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) .


  • Résumé

    Objets très communs dans l’aire de culture tibétaine, les tsha tsha, fabriqués à l’aide de moules, sont des images en argile figurant des stūpa, des divinités bouddhiques, des personnages historiques, ainsi que des inscriptions. Leur fabrication est avant tout considérée comme une pratique religieuse visant à générer des mérites mais aussi à purifier les actions négatives. Réalisés en masse, ils constituent des témoignages fidèles et mésestimés des développements iconographiques et stylistiques qui ont marqués l’art bouddhique tibétain au fil des siècles. En l’absence d’études antérieures, un travail de recensement systématique des matériaux relatifs aux tsha tsha a fait apparaître une richesse documentaire insoupçonnée susceptible d’éclairer non seulement l’histoire de l’art tibétain, mais également certains aspects relevant de l’anthropologie religieuse, de la philologie, ou encore de la paléographie. Dans le cadre de notre thèse, nous avons privilégié une démarche globalisante prenant en considération l’ensemble des données disponibles en procédant conjointement à l’étude d’un très large corpus de pièces sélectionnées, à celle de la littérature afférente, et aux observations de terrain. Dans cette perspective, nous avons envisagé l’étude des tsha tsha sous divers angles: l’origine et l’histoire de la diffusion de cette pratique au Tibet, la terminologie relative à ces objets, les techniques de fabrication, les usages, l’iconographie, les styles et enfin les inscriptions présentes à leur surface ou introduites. Cette approche nous a permis de révéler finement l’ampleur et les développements que cette pratique bouddhique d’origine indienne a connu dans le monde tibétain.

  • Titre traduit

    Tsha tshas of the Tibetan world : Studies of the production, iconography and styles of Buddhist mouldings and stampings


  • Résumé

    Very commonplace in the Tibetan world, tsha tshas are clay impressions produced from a mould depicting, either in relief or moulded in the round, stūpas, Buddhist deities, historical figures and inscriptions. Making them is essentially considered to be a religious practice intended to generate and accumulate merit but also to purify negative deeds and obscurations. Produced in mass and generally preserved inside sealed edifices, tsha tshas are true yet underrated evidence of the iconographic and stylistic developments that have marked Tibetan Buddhist art over the centuries. In the absence of any previous studies, the task of establishing a systematic inventory of sources related to tsha tshas revealed an unsuspected wealth of material for elucidating not only the history of Tibetan art, but also some aspects of religious anthropology, philology, or paleography. In this doctoral research, we favored a globalizing approach that takes into account all the available data by studying a very large corpus of selected pieces, of the literature related to the tsha tshas, as well as field observations. In this context, we considered the study of tsha tshas from different angles: the origin and history of how this practice spread through Tibet, the terminology for these objects, the techniques for making them, their uses, iconography, styles and finally the inscriptions that are found on their surface or inside them. This approach has allowed us to explain more accurately the true extent of this Buddhist practice of Indian origin and the developments it has undergone in the Tibetan world since its introduction in about the 8th-9th centuries to the present day.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.