Dieu comme soi-même. Connaissance de soi et connaissance de Dieu selon Thomas d’Aquin : l’herméneutique d’Ambroise Gardeil

par Camille de Belloy de Saint-Liénard (De Belloy de Saint-Liénard)

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Ruedi Imbach.

Soutenue le 09-12-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Métaphysique, histoires, transformation, actualité (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    Dans son livre de 1927, La Structure de l’âme et l’expérience mystique, le dominicain Ambroise Gardeil (1859-1931) a proposé une interprétation forte des textes de Thomas d’Aquin sur la connaissance de l’âme par elle-même, lui permettant de penser, selon une analogie de structure, une connaissance immédiate et expérimentale de Dieu. La présente thèse est un travail de vérification critique, sur l’oeuvre même de Thomas et à travers les diverses noétiques thomistes, de la valeur heuristique d’une telle interprétation. Nous dégageons d’abord la perspective métaphysique qui fut celle de Gardeil pour reconnaître dans la connaissance habituelle de l’âme humaine en tant qu’esprit (mens), une structure d’immédiate intelligibilité à soi, fondant toute perception expérimentale et actuelle de soi, mais demeurant en puissance. Nous confrontons ensuite l’herméneutique d’A. Gardeil à celle d’un autre thomiste, M.-D. Roland-Gosselin (1883-1934), qui insista au contraire, en une correspondance inédite que nous publions, sur la nécessaire médiation des actes objectifs d’intellection dans la connaissance de l’âme par elle-même. Pour comprendre ce conflit thomiste des interprétations, nous remontons alors, comme Gardeil, à l’herméneutique que Thomas proposa lui-même des réflexions trinitaires d’Augustin sur l’esprit (mens), sa connaissance (notitia) et son amour (amor). Enfin, reprenant le questionnement philosophique de D. Dubarle (1907-1987), nous examinons si l’analogie entre connaissance de soi et connaissance de Dieu, discernée par Gardeil chez Augustin et Thomas, permet de relever le puissant défi de Kant, et de faire place, en thomisme, à une expérience de Dieu réelle et immédiate.

  • Titre traduit

    God as Oneself. Knowledge of Self and Knowledge of God according to Thomas Aquinas : The Hermeneutics of Ambroise Gardeil


  • Résumé

    In his 1927 study, The Structure of the Soul, the Dominican Ambroise Gardeil (1859-1931) delivered a powerful interpretation of Thomas Aquinas’ works on the knowledge of the soul through the soul itself, thus enabling him to fathom, by structural analogy, an immediate and experimental knowledge of God. The following thesis endeavours to critically examine, through the works of Thomas and diverse thomistic noetics, the heuristic value of such an interpretation. We will first identify the metaphysical perspective that allowed Gardeil to recognize in the habitual knowledge of the human soul as mind (mens) a structure of immediate selfintelligibility, founding all experimental and actual perception of self, yet remaining in potency. We will then confront Ambroise Gardeil’s hermeneutics to those of another thomist, M.-D. Roland-Gosselin (1883-1934), who, in a previously unedited correspondence that we are publishing, insisted on the necessary mediation of objective acts of intellection in the knowledge of the soul through the soul itself. In order to understand this thomistic conflict of interpretation, like Gardeil we will rely on the hermeneutics that Thomas himself proposed on Augustine’s trinitarian considerations on the mind (mens), his knowledge (notitia) and his love (amor). Finally, drawing upon D. Dubarle’s (1907-1987) philosophical interrogation, we will examine whether the analogy between knowledge of self and knowledge of God that Gardeil detected in Augustine and Thomas, can address Kant’s compelling challenge and grant in Thomism a real and immediate experience of God.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.