Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin XVIe-milieu XVIIe siècles)

par Camille Dégez

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Denis Crouzet.

Soutenue le 16-10-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) .


  • Résumé

    La prison de la Conciergerie occupe une place particulière dans le paysage pénitentiaire parisien du XVIIe siècle. Elle accueille de nombreux prisonniers pour dette, les prisonniers jugés en première instance par l’une des juridictions siégeant dans Palais de la Cité, dont elle occupe les bâtiments, mais aussi et surtout les prisonniers en appel devant le parlement de Paris. A partir de l’analyse de parcours individuels de prisonniers et de personnels de la Conciergerie (les dynasties de concierges Regnoust et Dumont), reconstitués grâce aux archives criminelles et notariales, la thèse porte sur les relations sociales et les comportements au sein de la prison. Après une première partie consacrée à un état des lieux de la Conciergerie au début du XVIIe siècle, la deuxième partie met en avant les particularités de sa société carcérale : moins séparée du monde extérieur que les prisons actuelles, elle reproduit à petite échelle la société parisienne. Plutôt que sur une distinction rigoureuse entre hommes et femmes et entre catégories criminelles, son organisation est fondée sur la position sociale et la richesse. Les prisonniers régulent eux-mêmes leurs conflits, le plus souvent sans faire appel au personnel. Quant à l’univers socio-professionnel des gardiens, il ressemble beaucoup à celui des métiers parisiens par les relations à la fois solidaires et hiérarchisées entre le concierge et ses guichetiers et morgeurs. La troisième partie porte sur « l’aventure de l’évasion », révélatrice de l’importance du contexte social et culturel dans la décision, la préparation et l’exécution d’une telle entreprise.

  • Titre traduit

    A carceral society : the prison of the Conciergerie (late sixteenth - mid seventeenth centuries)


  • Résumé

    The prison of the Conciergerie occupied a special place in the Paris prison landscape of the seventeenth century. It hosted many prisoners for debt, prisoners tried in first instance by one of the courts sitting in the Palais de Justice, which occupied the buildings, but also and above all the prisoners appealed to the parliament of Paris. From the analysis of individual pathways both of prisoners and staff of the Conciergerie (dynasties of chief jailers Regnoust and Dumont) and reconstituted from criminal and notarial archives, the thesis focuses on social relationships and behavior within the prison. After a first part dedicated to an overview of the Conciergerie in the early seventeenth century, the second part highlights the peculiarities of this prison society: less separated from the outside world that the current prison, it played small-scale Parisian society. Rather than on a rigorous distinction between men and women and between criminal groups, the organization was based on social status and wealth. Prisoners regulated their own conflicts, often without involving staff. As for the socio-professional world of guards, it resembled that of the Parisian business relations, involving both solidarity and hierarchy between the jailers. The third part focuses on "the adventure of escape", revealing the importance of social and cultural context in the decision, preparation and execution of such an undertaking.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.