Les verbes latins signifiant « combattre » dans la poésie épique, d’Ennius aux poètes flaviens (IIIe s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.) – Approche sémantique, morphologique et syntaxique

par Tatiana Taous

Thèse de doctorat en Linguistique latine

Sous la direction de Michèle Ducos.

Soutenue le 02-12-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Centre Alfred Ernout de recherches sur la langue latine (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    La thèse étudie les dénominations du procès de combattre en latin et montre que l’évolution des signes linguistiques est corrélative des realia historiques et politiques. Cette étude sémantique articule différentes approches et propose un éclairage linguistique et anthropologique sur les verbes signifiant « combattre » dans la poésie épique latine. Au vu des problématiques liées à tout sujet onomasiologique, une partie préliminaire se concentre sur l’établissement du corpus de verbes. Les première et seconde parties confrontent l’approche sémantique aux approches morphologique et syntaxique. Les lexèmes retenus sont décrits plus précisément afin de déterminer s’ils adoptent des tendances morphologiques et rectionnelles particulières, rattachables à leur signifié. La première partie permet, à travers l’étude des radicaux, des morphèmes (temps – personne) et des préverbes, de dégager des spécificités morphosémantiques en relation avec les trois types morphologiques isolés (verbes simples, locutions et préverbés). La seconde partie étudie, dans une perspective sémantico-syntaxique, les rôles sémantiques et les types rectionnels et crée des zones d’intersection entre lexèmes, qui ne rejoignent pas toujours les trois types morphologiques. Ces nouveaux recoupements permettent d’opposer les lexèmes et de déterminer les motivations (littéraires ou anthropologiques) de leurs emplois. La thèse en arrive à l’idée que la perpétuation ou le renouvellement des signes linguistiques pour dénoter le procès « combattre » a partie liée avec des données culturelles et anthropologiques et que le genre épique est un genre littéraire vivant, qui suit la mouvance et les idéologies de son temps.

  • Titre traduit

    A Study of the Latin Verbs Meaning “Fight” in Epic Poetry from Ennius to the Flavian Poets (IIIrd b. C. – Ist a. D.) – A Semantic, Morphological and Syntactic Approach


  • Résumé

    This study of Latin verbs meaning “to fight” in epic poetry shows that the evolution of linguistic signs and lexical units reflects extralinguistic phenomena. It is a semantic study which, by combining several approaches, sheds new light, both linguistic and anthropological, on the verbs meaning “to fight” in Latin epic poetry. The preliminary chapter (after the introduction) presents the selected verbs belonging to the corpus. In the first and second sections of the work, the contrast is drawn between a fundamentally semantic approach to the verbs and a more morphological and syntactical approach. The first section analyses the verbs’ synchronic radicals, their tenses, their personal morphemes, and their preverbs, in order to show their semantic specificities in the context of the three morphological types in which they may be found: simple verbs, verbal phrases and preverbed verbs. In a semantic-syntactic approach, the second section deals with the participant roles and syntactic environments and creates new intersections between lexemes. These links shed light on the oppositions that exist between the individual lexemes and determine the – literary or anthropological – motivations in the use of the selected verbs. The conclusion makes two important points. Firstly, we see that the continuation or the renewal of linguistic signs and lexical units denoting the process of fighting also depend on cultural and anthropological factors. Secondly, it is made clear that the epic literary genre in Latin is not frozen throughout the historical periods studied here, since it is continually evolving and adapting to the changes and ideologies of the times.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.