Musiques et musiciens à Delphes de l’époque archaïque à l’Antiquité tardive

par Sylvain Perrot

Thèse de doctorat en Archéologie / Art et archéologie grecs

Sous la direction de Alexandre Farnoux et de Annie Bélis.

Soutenue le 07-12-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris) .


  • Résumé

    Le sanctuaire de Delphes a connu pendant toute la période une vie musicale effervescente, notamment par la tenue périodique des prestigieux concours pythiques Cependant, on ne s’était jamais demandé pourquoi la musique y a connu une telle faveur. Il faut remarquer que bien des aspects des musiques données à Delphes sont communs à d’autres sanctuaires : l’Apollon citharède honoré à Delphes est panhellénique et les offrandes qui lui sont consacrées, instruments comme compositions, se trouvent sur d’autres sites. Mais Delphes a ses spécificités : l’interaction d’un environnement sonore adéquat, de la pratique oraculaire et de la volonté amphictyonique de distinguer les concours de pythiques, dans la mesure de leur liberté, en font un cas unique. C’est ainsi que l’on peut parler de « centre musical », au sens où Delphes est une étape obligée des parcours géographiques et sociaux des musiciens et un terrain d’échanges privilégié tant dans la pratique que la théorie musicales. Au terme de cette étude, il paraît clair que Delphes a occupé une place originale dans l’histoire de la musique antique, éminemment paradoxale : c’est un site incontournable pour les musiciens, alors même qu’il n’y eut jamais d’école de musique locale forte à Delphes. C’est là que se trouve sans doute la réponse à notre question : la prospérité musicale de Delphes peut venir de ce que le sanctuaire est un terrain qui était perçu comme neutre par tous les musiciens du monde grec, où ils se retrouvaient égaux par les règles spécifiques en usage à Delphes et qui n’avantageaient aucun musicien originaire des lieux.

  • Titre traduit

    Musics and musicians in Delphi, from Archaic Times to Late Antiquity


  • Résumé

    The musical life was particularly brilliant in the sanctuary of Delphi, especially during the prestigious Pythian contests. Indeed, no scholar has ever wondered why music was so pregnant in Delphi. Many aspects of the musical life in Delphi are common in comparison to other Greek sanctuaries: Apollo Kitharoidos is a panhellenic god and votive offerings for him (instruments and scores) can be found elsewhere. However, there are some specific features: due to the interaction between an impressive soundscape, the oracular cult and the decision of the Amphictiony to make a distinction between Pythian contests and other ones, Delphi is unique. That is why Delphi can be considered as a “musical centre”: all Greek musicians travel to Delphi, so as to increase their social status; furthermore, there were lots of musical transferts between musicians; so that they may change their own way of playing or understang music. At the end of our study, it is obvious that Delphi has got a specific place in the history of ancient music, but it is quite paradoxical: it is necessary for musicians to come to Delphi, although there is no local music school at all in Delphi. It could be the answer to our preliminary question: Delphi may have been seen by all of the Greek musicians as a neutral site, where no advantage was given to anybody else. In fact, all musicians were equally treated because of the specific rules used in Delphi.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 07-12-2017

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.