Ilion en Troade, de la colonisation éolienne au Haut Empire romain

par William Pillot

Thèse de doctorat en Histoire ancienne

Sous la direction de François Lefèvre.

Soutenue le 29-11-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée -- Ivry-sur Seine, Val de Marne (laboratoire) .


  • Résumé

    La petite cité grecque d’Ilion offre un exemple original d’identité civique complexe mêlant éléments grecs et « barbares » (i. e. non grecs) grâce à l’utilisation des différents mythes liés à la guerre de Troie. Cette construction identitaire mythique s’enracine dans un site particulièrement riche où les différents niveaux archéologiques se superposent et s’enchevêtrent de l’âge du Bronze à l’époque romaine (Troie I à IX). Elle est aussi nourrie de diverses influences, anatoliennes et égéennes, particulièrement sensibles dans le cas d’Ilion car cette cité, située au bord de l’Hellespont, se trouve en situation de carrefour géopolitique et culturel entre Europe et Asie. Le sanctuaire d’Athéna Ilias joue un rôle central dans l’identité, les mythes et l’histoire de la cité. Mais ce sanctuaire est aussi le centre d’une association religieuse regroupant plusieurs autres cités, principalement de Troade mais aussi d’au-delà, comme Myrléa en Propontide et même Chalcédoine sur le Bosphore, qui administrent en commun le sanctuaire et participent à des panégyries et des concours sacrés en l’honneur de cette divinité à la fois civique et fédérale. L’autre principal lieu de culte d’Ilion, le « Sanctuaire Ouest », témoigne lui aussi d’influences à la fois européennes et asiatiques.

  • Titre traduit

    Ilion in the Troad, from the Aeolian colonization to the Early Roman Empire


  • Résumé

    This PhD thesis intends to offer a synthesis concerning the Greek city-State of Ilion. This city-State offers an original example of a complex civic identity which mixes Greek and “barbaric” (i.e. non-Greek) elements through the use of different myths relating to the Trojan war. This mythical construction of identity is rooted in a particularly rich site where the various archaeological levels are superimposed and tangled together, from the Bronze age to the Roman period (Troy I to IX), as evidenced by H. Schliemann, the inventor of the site, which is still nowadays being excavated by German and American teams. Ilion’s identity is also fueled by various influences, Anatolian and Aegean, that are particularly sensitive because of the fact that the city is located at a geopolitical and cultural crossroad between Europe and Asia. The sanctuaries of Ilion play a central role in the identity, the myths and the history of the city, especially the sanctuary of Athena Ilias. It is the centre of a religious association (koinon) which regroups several other cities, from Troad and even beyond, who administer the sanctuary together and participate in festivals and sacred games in honor of this divinity that is both civic and federal. The second main cult site of Ilion, called “West Sanctuary”, is also a testimony of European and Asian influences.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.