La simplicité dans l’œuvre narrative de Jules Renard

par Laure-amélie Poisson (Charpentier)

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Pierre Glaudes.

Soutenue le 18-12-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) .

Le jury était composé de Alain Pagès, Guy Ducrey, Mariane Bury, Jean-Louis Cabanès.


  • Résumé

    S’efforcer d’être simple, telle est l’ambition constante qui anime Jules Renard. Contraint à la simplicité par la pauvreté de son imagination, qui le conduit à privilégier la « chose vue » et à puiser à la source étroite du quotidien vécu, il ne la subit pas pour autant, mais fait de l’effacement et de la réduction le cœur de son art littéraire. La première partie de la thèse envisage le questionnement théorique et esthétique de l’écrivain dans le champ littéraire de la fin de siècle. Si Renard hérite en partie des modèles classique et réaliste, sa simplicité est surtout construite en réaction à l’ambition totalisante du réalisme et de naturalisme, qui, recouvrant le réel de langage, l’étouffe. Pour résoudre la crise générale de la mimèsis, l’auteur entend rétablir un lien de motivation entre le langage et le réel. La deuxième partie s’attache à déterminer les aspects rhétoriques de l’écriture du simple, montrant que la simplicité s’inscrit également au cœur de la poétique de Jules Renard, déterminant des choix génériques et narratifs, et nécessitant un double mouvement de réduction et de concentration, qui n’est pas sans écueils. La simplicité n’est pas pour autant un thème de prédilection qui se développerait de manière linéaire chez l’auteur, elle oriente une dynamique, ouvrant un cheminement dialectique, difficile et peuplé d’obstacles. La dernière partie en montre la dimension morale, pratique et philosophique. La simplicité n’est pas pour Renard une donnée immédiate de la conscience, mais une valeur à construire et à défendre sur le terrain politique, qui s’enracine dans un terreau philosophique fondé sur la notion d’immédiateté.

  • Titre traduit

    Simplicity in Jules Renard’s narrative


  • Résumé

    Jules Renard’s ceaseless ambition is to try and be simple. Although his lack of imagination, which leads him to favour things that he saw and to draw on the sometimes narrow everyday life, reduces him to simplicity, he does not passively receive it but on the contrary ensures that blurring and reduction are key principles of his literary art. The first part of this thesis tackles with the writer’s theoretical and aesthetic questioning, understood in the literary landscape of the late fin de siècle. Even if Renard partly inherits the classic and realistic models, his simplicity is mostly built against realism’s and naturalism’s totalizing ambition, which suffocates the reality by covering it up with words. So as to solve the general crisis of the mimesis, the writer intends to build a bridge between language and reality. The second part of this work tries to single out the theoretical characteristics of the simple style. It shows that simplicity stands at the very center of Renard’s poetics, underlies choices related to the genre or the narration and implies both reduction and concentration, which is not easy to fulfill. Simplicity is not, on the other hand, a favourite topic with a linear development, but it triggers off a dynamic, dialectical and difficult process. The last part reveals its moral, practical and philosophical aspect. For simplicity is not for Renard an immediate matter of consciousness but a value which is to build and to defend politically. It is philosophically rooted in immediacy.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.