La défense des côtes : une histoire interarmées (1815-1973)

par Emmanuel Boulard

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Olivier Forcade.


  • Résumé

    La défense sur terre est l’affaire de l’armée ; la défense sur mer est celle de la marine. Entre les deux se situe la côte. Confiée au Bas Moyen-Age à l’amiral de France, la défense des côtes françaises va devenir une pierre d’achoppement entre les départements de la guerre et de la marine, la première y voyant une frontière maritime à garantir, la seconde y trouvant d’abord la base d’opérations des flottes commerciales et militaires. Largement écartée de la défense des côtes après la guerre de Sept Ans, la marine va progressivement y recouvrer durant le XIXe siècle un rôle prédominant par l’entremise des préfets maritimes, alors que le dispositif se concentre par économie autour des grands ports. Après la Première Guerre mondiale, elle en reprend la responsabilité nominale, même si un partage coopératif des tâches se dessine de plus en plus avec l’armée de terre, puis également la jeune armée de l’air, jusqu’à ce qu’un type de commandement supérieur, interarmées, n’émerge pendant la Seconde Guerre mondiale. Après un dernier sursaut d’activité durant les débuts de l’OTAN, le dispositif côtier est abandonné une quinzaine d’années plus tard, lors de l’avènement de la dissuasion nucléaire, laissant cependant en place une organisation interministérielle d’action de l’Etat en mer, comprenant un volet de défense. Au travers de la défense des côtes, c’est donc la fusion des deux puis trois logiques d’armées vers une logique interarmées qui est étudiée sur le plan des institutions militaires, des organisations locales et des nécessités techniques ou tactiques, sur la période s’étendant de 1815 à 1973.

  • Titre traduit

    Coastal defence : a joint history (1815-1973)


  • Résumé

    Defence on land is the business of the Army ; defence at sea is that of the Navy.. The frontier is on the coastline. Managed during the Late Middle-Age by the Admiral of France, French coastal defence will become a stumbling block between the War and Navy departments, the former seeing a naval border to be guaranteed, the latter first considering operational bases for both the merchant and military fleets. Discarded during the Seven Year War, the Navy increasingly comes back into coastal defence throughout the XIXth Century, especially with the maritime prefects, as those defences now mainly concern the strategic harbour areas. After WWI, the Navy recovers its initial responsibilities, even if a sort of burden sharing is organised with the Army and then the Air Force, until a joint command is organised during WWII. After some renewal during the first years of NATO, the coastal defence disappears some fifteen years later, with the advent of nuclear deterrence, but is transformed into an interagency organisation for the action of the State at sea.. Thus, through coastal defence, we will study how two, then three single service organisations merged into a joint one, considering military institutions, regional organisations, technical and tactical requirements, from 1815 to 1973.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.