Les politiques sécuritaires envers les populations d’origine antillaise et africaine de Brixton et Woolwich et leurs incidences sociales à Londres, (2005-2008)

par Anne-luce Morton (Michel)

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Sophie Body-Gendrot.

Soutenue le 10-01-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) , en partenariat avec Histoire et dynamique des espaces anglophones (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jacques Carré.

Le jury était composé de Sophie Body-Gendrot, Laurence Gervais, Thierry Paquot.


  • Résumé

    Ce travail de recherche analyse comment les autorités locales adaptent les outils mis à leur disposition pour apporter une réponse de proximité à la délinquance dans deux quartiers de Londres, Brixton et Woolwich (Common et Riverside). Il se concentre dans un premier temps sur la composition ethnique et sociale de ces deux quartiers peuplés de ‘communautés noires’ selon la terminologie anglaise (Partie I). Il examine aussi précisément que possible les différentes formes de délinquance et de criminalité qui sévissent à Brixton et Woolwich et l'implication possible des populations ‘noires’ (Partie II). Il se penche ensuite sur les outils dont disposent les pouvoirs publics (Partie II) afin de cerner comment les politiques nationales ou régionales sont appliquées au niveau local. Cette recherche traite principalement des années 2005-08, mais les troubles de l’été 2011, tout comme les premiers résultats du dernier recensement mené en Angleterre (2011), sont évoqués. Il apparaît que Brixton fait preuve d’un esprit d’initiative qui manque à Woolwich et qui s’explique en partie par l’histoire récente du quartier.

  • Titre traduit

    Safety policies in Brixton and Woolwich regarding the black communities, and their social consequences, London, 2005-08


  • Résumé

    This research focuses on the safety policies regarding the black communities in Brixton and Woolwich (Woolwich Riverside and Woolwich Common wards) during the years 2005-08. It explores how the local authorities managed to adjust and adapt the national policies and laws to their own priorities and goals. First, the ethnicity and social background of the population in those two areas are studied (Part I). Then, it focuses on the different kinds of anti-social behaviour and criminality and determines how the black communities are involved, either as victims or perpetrators (Part II). What tools the local authorities have at their disposal, what kind of partnerships they establish to fight against anti-social behaviours, crime and violence are analysed in the last part of this work (Part III). This research is mainly focused on the years 2005-2008, but the riots in August 2011 as well as the last census results (2011) will be discussed. The local safety policies in Brixton prove to be more originals than in Woolwich, which can be partly explained by the recent history of the area.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?