La mémoire et l’imaginaire dans les romans de Dickens de 1840 à 1870

par Sabeur Hamdi

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Alain Jumeau et de Odile Boucher-Rivalain.

Le jury était composé de Laurent Bury, Sara Thornton, Nathalie Vanfasse.


  • Résumé

    Dickens formule un projet de la mémoire qui s’étend sur plusieurs de ses romans publiés entre 1840 et1870. Cette dimension de son œuvre se place entre les deux pôles de la memoria – une forme institutionnalisée de la mémoire technique chez les classiques et les médiévaux – et une mémoire subjective, proustienne. Les romans étudiés s’articulent autour d’une mise en scène de cette combinaison à travers laquelle les deux sujets de l’individu et de la société sont liés aux thèmes de la Loi, du savoir, et du désir. Ils sont autant de « livres de la mémoire » qui font système de l’univers psychique et social représentés en mettant en œuvre les outils métaphoriques et logiques propres à l’art et aux phénomènes mnémoniques.Cependant, ce système de la mémoire correspond aussi bien à ce qui organise les données du réel qu’à ce qui les perturbe. Ainsi, il constitue une manière de représenter tant l’effort de symbolisation que ce qui l’entrave, le subvertit ou le pervertit. Les personnages du roman sont pris entre les deux pôles de l’ordre et de la discipline, d’un côté, et du choc traumatique qui sème le chaos, de l’autre. L’évolution de ce parcours de la représentation correspond à la poursuite du processus de subjectivation que les personnages de Dickens traversent, allant du premier moment de la sujétion à la Loi symbolique au dernier moment de l’accès au savoir ou à la vérité, une révolution subjective.

  • Titre traduit

    Memory and the Imagination in Dickens’s Novels, 1840-1870


  • Résumé

    Dickens formulates a project of memory which extends over several of his novels published between1840 and 1870. This dimension of his work is to be situated between the two poles of memoria – aninstitutionalized form of technical memory developed during the classic and medieval periods – and asubjective, Proustian memory. The novels studied here are built on an enactment of this combinationthrough which the agencies of the individual and society are related to the themes of Law, knowledge,and desire. They are “books of memory” that totalize the psychic and social worlds represented infiction by using metaphorical and logical material peculiar to the art of memory and to mnemonicphenomena.However, this system of memory corresponds to that which orders the coordinates of reality as to thatwhich disturbs them. It is a way of representing the effort of symbolization as well as the factor thatimpedes, subverts, or perverts it. The characters are placed between the two poles of order anddiscipline, on one side, and traumatic shock leading to disorder, on the other. The evolution of this lineof representation corresponds to the process of subjectivization that Dickens’s characters undergo,moving from a first moment of subjection to the symbolic Law to an ultimate moment of access toknowledge or truth, a real subjective revolution.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.