L’influence du sport dans les régimes totalitaires européens au XXe siècle. L’exemple de l’Allemagne nazie

par Benjamin Galand

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Jean-Paul Bled.

Soutenue le 08-04-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Roland Mousnier (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    L’objet de la présente étude est de déterminer l’influence du sport dans les régimes totalitaires européens au XXe siècle, en prenant pour exemple le modèle de l’Allemagne nazie. Par influence, il faut comprendre la place et le rôle qu’occupe le sport, en tant que pratique sportive mais aussi en tant qu’éducation physique, dans ce type de régime politique. Ainsi, afin de cerner au mieux le modèle allemand, il était nécessaire de s’intéresser également aux autres modèles similaires, à savoir celui de l’Italie fasciste, et celui de l’Union soviétique avant 1945, mais aussi à la politique sportive d’un régime démocratique, celui de la France. L’étude des autres modèles, celle du modèle allemand spécifiquement, et celle de ce que n’est pas le modèle allemand, visent à définir le plus précisément l’influence du sport dans la politique du pouvoir national-socialiste.De plus, afin de donner un élément d’analyse concret de cette influence, les Jeux olympiques de 1936 sont étudiés en détail. En effet, lors de ces événements, tout ce que représente le sport dans le IIIe Reich est mis en exergue, et l’on voit que le sport est un instrument éminemment politique au service de l’État hitlérien. Enfin, toujours dans cette optique de livrer la grille d’analyse la plus complète possible à ce sujet, les questions de l’esthétisme et de l’art nazis sont mis en corrélation avec le sport, ce qui permet de rendre véritablement compte de l’importance du sport dans l’Allemagne nazie.

  • Titre traduit

    The influence of sport in the European totalitarian regimes in the twentieth century. The example of Nazi Germany


  • Résumé

    The purpose of this study is to determine the influence of sport in the European totalitarian regimes in the twentieth century, taking as example the model of Nazi Germany. By influence, one should understand the place and role occupied by sport, as a sporting activity but also as physical education, in this kind of political regime. Thus, in order to better figure out the German model, it was necessary to also look at other similar models, namely that of Fascist Italy and of the Soviet Union before 1945, but also at the sports policy of a democratic regime, that of France. The study of the German model and of other models, and the study of what the German model is not aims to define more precisely the influence of sport in the politics of the National Socialist power. In addition, to give a concrete element of analysis of this influence, the 1936 Olympics are studied in detail. Indeed, these events bring to the fore all what sport stands for in the Third Reich, and we can see that sport is a highly political instrument at the service of the Hitlerian State. Finally, and still in the perspective of providing the most complete analysis as possible, the issues of Nazi aesthetics and art are put in correlation with sport, allowing to fully account for the importance of sport in Nazi Germany.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.