Le cynisme ancien : vie kata phusin ou vie kat'euteleian?

par Olimar Flores-Junior

Thèse de doctorat en Histoire de la philosophie

Sous la direction de Marie-Odile Goulet-Cazé.

Soutenue le 02-03-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Centre Jean Pépin (Villejuif, Val-de-Marne) (laboratoire) .


  • Résumé

    Le cynisme est un mouvement philosophique qui s’est développé en Grèce à partir du IVe s. av. J.-C. autour de Diogène de Sinope. La critique moderne a souvent vu dans ce mouvement l’expression d’un naturalisme radical, une doctrine fondée sur le refus des valeurs de la vie civilisée, qui par conséquent pourrait être définie comme une “croisade contre la civilisation” ou comme un “courant anti-prométhéen”, le “feu civilisateur” étant à l’origine des maux des hommes. La morale cynique consisterait ainsi dans la proposition d’un “retour à la nature” ou d’une vie “selon la nature” (kata phusin), guidée par l’idée d’animalité et de primitivisme, c’est-à-dire d’une vie inspirée par le comportement animal ou par le modus vivendi des premiers hommes. La présente thèse a pour but de soumettre à l’épreuve des textes qui nous ont été transmis par l’Antiquité cette interprétation largement répandue du cynisme. L’hypothèse avancée ici, qui s’appuie entre autres sur l’examen de deux textes – le Discours VI de Dion Chrysostome et le dialogue du Pseudo-Lucien intitulé Le cynique, – qu’on a confrontés à d’autres témoignages, comme le livre VI des Vies et doctrines des philosophes illustres de Diogène Laërce ou les lettres pseudépigraphes attribuées à Diogène de Sinope et à Cratès de Thèbes –, consiste à définir le cynisme comme la recherche d’une vie “selon la facilité” (kat’ euteleian) et la pensée diogénienne comme une forme radicale de pragmatisme, au sein de laquelle les dualismes – notamment celui qui oppose nomos et phusis – tendent à être supprimés au nom d’une morale déterminée selon les circonstances concrètes de la vie individuelle.

  • Titre traduit

    Ancient Cynicism : a life kata phusin or rather kat' euteleian?


  • Résumé

    Cynicism is a philosophical movement which started in Greece in the 4th century B.C. around the figure of Diogenes of Sinope. Modern interpreters often understand this movement as the expression of a radical naturalism, a doctrine founded on a drastic refusal of all the values of civilized life and consequently defined as a “crusade against civilization” or as an “anti-promethean current”, identifying in the “civilizing fire” the very origin of all the troubles, vices and misfortunes that men have to cope with. Accordingly, Cynic ethics would advocate a “return to nature” or to a life “according to nature” (kata phusin), guided by the idea of animality and of primitivism, that is to say a life modeled on animal behavior or on the modus vivendi of the primitive men. The present thesis aims at questionning this widely spread interpretation of cynicism on the basis of an analysis of the texts transmitted by Antiquity. The alternative interpretation that we offer rests on the reading of two major texts: the Sixth Discourse by Dio Chrysostomus and the dialogue The Cynic transmitted under the authority of Lucian of Samosate, along with some other sources, like the sixth book of Lives and opinions of eminent philosophers written by Diogenes Laertius and the Letters attributed to Diogenes of Sinope and to Crates of Thebes. It redefines Cynic philosophy as the quest for a life “according to easiness” (kat’ euteleian) and — in modern terminology — as a radical form of pragmatism, within which dualisms – notably the one between nomos and phusis – tend to be abolished in the name of a morality conditioned by the actual circumstances of individual life.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?