"Son corps déchiqueté " : les genres à l’œuvre dans le mythe d’Orphée au Xxème siècle

par Barunka Hauptmann

Thèse de doctorat en Littératures françaises et comparée du XIXe siècle

Sous la direction de Danièle Chauvin.

Soutenue le 25-06-2013

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) .


  • Résumé

    La fascination exercée par le mythe d’Orphée sur des artistes, des écrivains, des musiciens et des poètes semble pérenne. Comme toujours, au vingtième siècle des auteurs reviennent aux personnages mythiques d’Orphée et d’Eurydice. En 1914, un jeune poète italien nommé Dino Campana compose Canti Orfici (Chants Orphiques), un recueil de poèmes uniques. En 1926, une pièce de théâtre, Orphée, est composée et montée par un artiste français remarquable : Jean Cocteau, qui voyait l’interprétation contemporaine du poète inspiré et de lui-même dans ce sujet. Il reprend le mythe une fois de plus dans un de ses grands films, Orphée, en 1950. Une femme écrivain belge, Marguerite Yourcenar compose un roman, La Nouvelle Eurydice qui est publié en 1931 et en 1991. Auteur portoricaine de nombreuses œuvres critiques, Iris M. Zavala a écrit un roman théorique, El sueño del amor (Le rêve de l’amour) en 1998. L’histoire et le mythologique s’entrecroisent dans ce roman polyphonique. Elle ressuscite ce mythe pour parler des préoccupations aux Caraïbes et de son écriture afin de détacher Eurydice du récit mythique. La comparaison de ces textes soigneusement choisis et placés ensemble, bien que l’on n’en a pas l’habitude, serait intéressante et complémenterait des recherches antérieures dont elle profiterait. Cette étude comparatiste se propose alors de mettre en valeur le genre par l’explication et la révelation de différences et similarités importantes entre ces visions variées du mythe d’Orphée pour dévoiler la richesse de ces textes inspirés par la mythologie grecque qui par conséquent prouve celle d’Orphée et Eurydice, qui retentissent toujours dans une variété de genres artistiques de nos jours car ils nous communiquent encore. L’écho du mythe d’Orphée suggère finalement qu’il y a une conversation entre le mythe et l’auteur qui s’inspire et expire la création d’un texte racontant une histoire à la fois ancienne et moderne. Nous allons traiter en premier temps les anciennes versions du mythe pour voir les images d’Orphée qui se trouvent dans les légendes et la mythologie grecques. Il faut donc exposer graduellement des éléments importants des narrations où figurent Orphée et/ou Eurydice de façons différentes dépendant de la version de l’histoire du chantre de Thrace. Cela nous permettra ensuite de regarder la ressuscitation de l’intérêt pour le mythe d’Orphée pendant le XXe siècle. Les éléments mythiques permanents et modifiés seront regardés attentivement par ces réinterprètes avec le but de montrer leur rôle sur le sens du mythe. Ceci faisant que nous cherchons à voir comment le sens du mythe est modifié en accord avec le genre du texte et le genre sexuel des auteurs de ces variations. Cette étude cherche à démontrer la valeur du genre qui par conséquence dévoile les raisons pour lesquelles certains réinterprètes s’identifient au chantre Orphée tandis que d’autres réinterprètes s’approprient Eurydice tout en ayant le même but de faire renaître ces personnages mythiques pour nous enchanter et inspirer avec leur voix éternelle. Nous proposons donc de compléter l’étude du mythe en suivant de près ces variations à travers l’objectif de notre hypothèse cherchant à enrichir aussi bien que inspirer les multiples recherches qui continuent même au delà du XXe siècle de regarder en arrière le mythe du chantre Orphée et de la nymphe Eurydice.

  • Titre traduit

    His torn body : genders at work in the myth of Orpheus in the XXth century (Dino Campana, Jean Cocteau, Marguerite Yourcenar, Iris M. Zavala)


  • Résumé

    The fascination exerted by the myth of Orpheus on artists, writers, musicians and poets seems perennial. As always, in the twentieth century authors come back to the characters of Orpheus and Eurydice. In 1914, a young Italian poet named Dino Campana composed Canti Orfici (Orphic Songs), a collection of unique poems. In 1926, a theater play, Orphée, is composed and produced by a remarkable French artist : Jean Cocteau, who associated himself with the contemporary interpretation of the inspired poet in this subject. He comes back to the myth again in one of his great films, Orphée, in 1950. A Belgian woman writer, Marguerite Yourcenar composed a novel, La Nouvelle Eurydice which is published in 1931 and in 1991. A Puerto Rican author of numerous critical works, Iris M. Zavala wrote a theoretical novel, El sueño del amor (The dream of love) in 1998. History and the mythological intertwine in this polyphonic novel. She resuscitates this myth in order to speak about her preoccupations in the Caribbean and about her own writing so as to unatach Eurydice from the narrative of the myth.The comparison of these carefully chosen and unusually paired together texts would be interesting and would complement past researches from which it will profit. This comparative study proposes then to valorize genre and gender by explaining and revealing the important differences and similarities between these various visions of the myth of Orpheus in order to unveil the richness of these texts that are inspired by Greek mythology which consequently proves the value of Orpheus and Eurydice who still resound in a variety of artistic genres to this day since they continue to communicate with us. The echo of the myth of Orpheus finally suggests that there is a conversation between the myth and the author who is inspired and exhales the creation of a text that tells the story, which is ancient and modern at the same time.Firstly, we shall treat the ancient versions of the myth so as to see the images of Orpheus that can be found in Greek legends and myths. The important elements of the narrations including Orpheus and/or Eurydice will be shown gradually in accordance with the different versions of the story of the bard from Thrace. This will allow us to look at the resuscitation of interest in the myth of Orpheus during the 20th century. The permanent and modified mythical elements will be studied attentively by these reinterprets with the goal of showing their role in the meaning of the myth. This leads to our looking for ways to explore how the sense or the meaning of the myth is modified in accordance with the textual genre and the gender of the authors of these variations. This study seeks to underline the value of genre/gender which consequently unveils the reasons for which certain reinterprets identify with Orpheus while other reinterprets appropriate Eurydice with the same goal of allowing the rebirth of these mythical characters so that they may enchant and inspire us with their eternal voice. We propose then to complete the study of the myth by closely following these variations through the objective of our hypothesis while striving to enrich as well as inspire the multitude of researches that continue to look behind even past the 20th century to see the myth of Orpheus the bard and Eurydice the nymph.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.