La grammaire du discours en birman parlé : les fonctions des particules enonciatives dans la grammaire du birman parle

par San San Hnin Tun

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de François Jacquesson.


  • Résumé

    Les particules dites énonciatives sont d’ordinaire étudiées dans les langues à forte contrainte morpho-syntaxique, et il en résulte qu’elles paraissent sortir des cadres descriptifs qui ne mettent pas toujours en lumière les fonctions énonciatives. Nous les étudions en birman, une langue dont on dit, un peu vite, qu’elle a « peu de grammaire », et pour laquelle nous ne pouvons utiliser des théories qui conviennent pour les langues Indo-Européennes. Nous devons, en revanche, tenir compte des caractéristiques propres au birman, langue dans laquelle les particules énonciatives jouent un rôle considérable. Nous devons également préciser leur statut, tant au niveau grammatical que discursif. Notre but est d’examiner l’emploi d’une gamme choisie de ces particules, d’observer si leurs caractéristiques permettent de les ordonner du discursif au grammatical, et de faire apparaître les possibilités énonciatives de la langue birmane.Pour réaliser cette étude, nous utilisons un corpus assez vaste (de plus de 250 000 mot-syllabes), qui parcourt un champ de situations étendu (dialogues spontanés ou simulés et narrations) afin d’identifier plusieurs domaines importants pour une sociolinguistique du birman.Il s’agit donc d’une thèse qui traite de linguistique tibéto-birmane et du birman en particulier, surtout dans sa forme orale actuelle ; de linguistique de corpus ; et d’analyse énonciative.

  • Titre traduit

    Grammar of spoken Burmese discourse


  • Résumé

    Lexical items known as discourse particles (« particules énonciatives ») are mostly studied in languages with a strong morpho-syntactic constraint, and as a result they do not seem to fit the descriptive frameworks that do not always highlight their discourse functions. We investigate such functions in Burmese, a language that is sometimes laboured, a little too fast, as a language « with little grammar », for which it is not suitable to describe using the notions of the grammar of Indo-European languages. It is indispensable to take into account characteristics that are particular to Burmese, such as the significant role played by the discourse particles. It is important to identify their status in the language use, at syntactic as well as discourse levels. Our objective is to examine the use of a selected range of particles, in order to identify the relationship between grammar and discourse functions, and more precisely, to bring out their discourse functions in Burmese.This study, using a large corpus (over 250 000 word-syllables) of spoken discourse, consisting of different genres and by different speakers, tempts to identify sociolinguistic aspects of Burmese. This thesis is therefore a study of Tibeto-Burman linguistics, with a focus on Burmese in its spoken form, corpus linguistics, and discourse analysis.

Accéder en ligne

Par respect de la propriété intellectuelle des ayants droit, certains éléments de cette thèse ont été retirés.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.