La France et la construction de l'Espace Européen de l'Enseignement Supérieur (EEES) depuis le début des années soixante à l'époque contemporaine

par Rachida Gacem

Thèse de doctorat en Histoire des relations internationales

Sous la direction de Élisabeth Du Réau.

Le jury était composé de Élisabeth Du Réau.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la mise en place de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (EEES), initié en 1998-1999 par le processus Sorbonne-Bologne, et dont l’artisan politique -souvent dénigré dans ce rôle majeur- n’est autre que le Ministre de l’Enseignement supérieur français Claude Allègre. Qualifié de processus des plus ambitieux jamais réalisé dans le domaine de l’enseignement supérieur européen, son objectif vise à instaurer une harmonisation des diplômes européens de l’enseignement supérieur, afin de rendre comparables et compatibles les systèmes nationaux de ces Etats sur la base du LMD.Initié dans le cadre d’un processus intergouvernemental, sur une base volontariste d’Etats désireux d’intégrer cet espace européen de l’enseignement supérieur prévu pour 2010, ce processus qui a tenu à l’écart la Commission européenne, du moins un temps, rassemble plus de 47 Etats signataires aujourd’hui ; près de la moitié sont des Etats extra-communautaires.L’objectif de cette étude est d’analyser le rôle et le degré de contribution de la France, et d’acteurs français au travers de la politique française menée dans ce domaine depuis la fin des années 1960, à nos jours.Une étude de cas spécifique à la France, nous permettra de nous interroger sur la place de la France dans le processus de Bologne, en présentant un état des lieux des forces et des faiblesses de la France dans le cadre de l’application de ce processus.

  • Titre traduit

    France and the construction of the European Higher Education Area (EHEA), since the beginning of sixties to the present day


  • Résumé

    France and the construction of the European Higher Education Area (EHEA), since the beginning of sixties to the present day.This thesis focuses on the implementation of the European Higher Education Area (EHEA), initiated in 1998-1999 by the Sorbonne-Bologna process, and whose policy-maker often vilified in this role-has been the French Minister of National Education, Research and Technology, Claude Allègre.Identified as one of the most ambitious process ever attempted in the field of European Higher Education, its key objective is to establish harmonized European degrees of Higher Education, in order to make the national systems of these states comparable and compatible, based on the LMD.Launched as part of an intergovernmental process on voluntary basis to countries wishing to integrate this European area of Higher Education in 2010, this process that kept out, for some time, the, the European Commission, brings together more than 47 signatory States today nearly half are non-European states.The objective of this study is to analyze the role and level of contribution of France, and French actors through French policy conducted in this area in the beginning of 1960s, until present day.A case study specific to France, will allow us to consider the place of France in the Bologna process, presenting an overview of France’s strengths and weakness in the implementation of this process.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.