L'espace dans le travail de Rafael Azcona, scénariste

par Julia Gutierrez

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuel

Sous la direction de François Jost.

Soutenue le 18-10-2013

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts & médias (2009-2015 ; Paris) , en partenariat avec Communication, information, médias (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Claude Viot-Murcia.

Le jury était composé de Claude Viot-Murcia, Vicente Sánchez-Biosca.


  • Résumé

    Au travers de cette recherche, nous nous sommes attachée à analyser la dimension narrative des scénarii, en nous penchant plus spécifiquement sur le travail de Rafael Azcona (1926-2008), auteur de comédies pour le cinémaet la télévision. Parce qu’il a créé et exploité à l'écran un univers personnel et aisément identifiable pour les spectateurs, ce scénariste est considéré, en Espagne au moins, comme un auteur au sens plein.Notre objectif est comprendre comment un style caractéristique a pu survivre à Rafael Azcona, alors même que son texte se dissolvait peu à peu dans tout le processus de la construction d’une oeuvre audiovisuelle. Ce travail analytique est d’autant plus délicat que nous devons également tenir compte du fait qu'il a collaboré avec des cinéastes aux mondes très personnels comme Marco Ferreri, Carlos Saura ou Luis García Berlanga.La principale difficulté rencontrée face au travail de Rafael Azcona était de savoir quel est le scénario original d'un film. Celui qui a été écrit avant que le tournage ne commence ? Celui qui a été modifié durant le tournage? Celui qui a été publié une fois le film projeté dans les salles ? Celui qui a été apprécié par le public ? Ce qui nous amène à poser, une question fondamentale : le scénario a-t-il des lecteurs ou des spectateurs ? Il est important, en effet, de ne pas oublier le poids des aspects socio-économiques de la filière cinématographique dans l’appréhension du travail scénaristique.Dans la mesure où un scénario, dans son format, sa structure et sa conception, n’attend en général pas un lecteur, mais une caméra pour être filmé, nous avons donc décidé de nous confronter au scénario à partir d’une perspective qui prenne en compte la construction spatiale d'une histoire, c’est-à-dire un élément habituellement attribué aux architectes d'images que doivent être le réalisateur et le monteur. L'importance que l'oeuvre d'Azcona donne aux lieux où se déroule l'histoire, la relation spéciale entre le personnage et l'espace, et la thématique omniprésente de la recherche d'intimité, nous invitent à questionner en profondeur le rôle de l'espace dans laconstruction de ses histoires.À travers ces pages nous cherchons à montrer comment le scénariste Rafael Azcona, qui savait que le scénario n'était pas écrit pour être lu mais pour être vu après dans un écran, s'est préoccupé de décrire et déconstruire minutieusement la caractéristique la plus strictement cinématographique: l'espace, cette réalité dont le cinéma ne peut jamais se détacher.

  • Titre traduit

    Space in Rafael Azcona's screenplays


  • Résumé

    This study analyses the narrative dimension of screenplays, focusing primarily on the work of Rafael Azcona(1926-2008), comedy writer for cinema and television. Due to the fact that he created and developed on the screen apersonal universe that is easily identifiable by the audience, in Spain at least, this screenwriter is considered to be atrue auteur.Our primary objective is to understand how Rafael Azcona’s characteristic style could survive even when histext dissolved little by little in the entire process of constructing an audio-visual work. The analytic work is madeeven more delicate by the fact that we must take into account his collaboration with filmmakers that had their ownvery personal universes, such as Marco Ferreri, Carlos Saura, or Luis Garcia Berlanga.The main difficulty encountered with regard to Rafael Azcona’s work was finding out which was the originalscreenplay of the film. The one written before the start of filming? The one modified during filming? The onepublished once the film was shown in cinemas? The one liked by the audience? Which brought us to a fundamentalquestion: does the screenplay belong to the readers or to those who watch? It is, in fact, important to remember theweight of socio-economic aspects in the film industry when trying to understand screenwriting.Given that a screenplay, due to its structure and form, doesn't generally wish for a reader, but for a camera, tobe filmed, we have decided to look at the scenario from the point of view of the spatial construction of a story, thatis, an element usually attributed to image architects, such as the director and the editor. The importance given byAzcona’s work to the locations where the story takes place, the special relationship between character and space, andthe ubiquitous theme of the search for intimacy invite us to explore in depth the role played by space in theconstruction of the story.In this study, we try to show how the screenwriter Rafael Azcona, who knew that the screenplay wasn’twritten to be read, but to be seen later on a screen, put great effort into describing and constructing in great detailthe most cinematic of characteristics: space, that reality which cinema can never leave.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.