De la coupure à la cicatrice, répétition, nomination et sinthome : Lecture de l'oeuvre d'Emma Santos

par Elsa Polverel

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Mireille Calle-Gruber.


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet l’œuvre d’Emma Santos (1943-1983), écrivaine française qui a écrit huit livres au cours de la décennie 1970. L’étude tente de saisir, à partir de son écriture, la notion de « sinthome » élaborée par Jacques Lacan. Aujourd’hui l’œuvre d’Emma Santos, peu lue et encore moins étudiée, reste très liée au contexte de l’éclosion des féminismes et du mouvement antipsychiatrique, et est souvent lue comme un témoignage de femme confrontée à l’expérience de l’enfermement, et de la « folie ». Si nous avons pris en compte l’empreinte de ce contexte dans les ouvrages santosiens, nous avons surtout voulu montrer combien son écriture agit comme un espace vital, au sein duquel peut se mettre en place un travail de cicatrisation d’une blessure physique et psychique. L’un des thèmes récurrents dans les livres est l’accident de voiture qu’elle subit enfant, au cours duquel sa gorge est entaillée : nous suggérons que son écriture agit comme un espace psychique d’accueil de la souffrance, et de cette marque sur le corps. Les problématiques autour desquelles s’articulent notre travail se résument ainsi : comment l’écriture rend-elle possible cette cicatrisation ? En considérant le processus d’écriture que nous avons synthétisé sous le nom de montage, nous pouvons mettre en évidence différents dispositifs récurrents, comme l’autocitation, la réécriture, la répétition. Que peuvent-ils nous révéler et nous apprendre sur la « folie », sur ses assignations, et sur la langue ? L’intuition motrice de cette étude est que la pratique singulière de l’écriture de l’écrivaine lui permet d’appréhender la coupure et ses effets symptomatiques qui la coupent du monde, comme un « sinthome » qui la relie au monde. Or ce concept, analysé à travers le texte santosien, ouvre la voie à une nouvelle appréhension de la langue et de sa loi, et permet de repenser la distinction névrose / psychose ainsi que la différence sexuelle.

  • Titre traduit

    From the wound to the scar. Repetition, naming and sinthome : Reading of Emma Santos’s work


  • Résumé

    This thesis has for object the work of Emma Santos (1943-1983), French writer who wrote eight books during the seventies. The study tries to grasp, from her writing, the notion of « sinthome » devised by Jacques Lacan. Today, the work of Emma Santos, scarcely read and even less studied, stays very connected with the context of the emergence of feminism and the antipsychiatric movement, and is often read as the testimony of a woman confronted with confinement and « madness ». If we have chosen to take into account the influence of this context in the santosien books, we have mainly wanted to show how her writing acts as vital space, in which a work of cicatrization a physical and psychological wound can take place. One of the recurring themes in the books is the car accident she was in as a child, in which she had her throat cut: we suggest that her work acts as a psychic space to host the pain, and this body mark. The following can sum up the problematics organizing our work: how can writing make this cicatrization possible? Considering the writing process that we have synthesized under the name of assembling, we can emphasize different recurring systems, as auto quotation, rewriting, repetition. What can they reveal and teach us about « madness », its definitions, and language? The leading feeling of this study is that the singular writing practice of the writer allows her to apprehend the fracture and its symptomatic effects that alienated her from the world, as a « sinthome » that links her to the world. Thus this concept, analyzed though the santosien work, opens the way to a new apprehension of the language and its law, allowing to rethink the neurosis / psychosis distinction, as well as sexual difference.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.