African Caribbean Women Writers in Canada and the USA : can the Diaspora Speak?

par Myriam Moïse

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Marta Dvořák et de Barbara Lalla.

  • Titre traduit

    Les femmes écrivains afro-caribéennes au Canada et aux États-Unis : la diaspora peut-elle parler?


  • Résumé

    Cette thèse étudie les spécificités du discours produit par les femmes écrivains de la diaspora afro-caribéenne au Canada et aux Etats-Unis, notamment chez Edwidge Danticat, Nalo Hopkinson, Jamaica Kincaid, Paule Marshall, M. NourbeSe Philip, et Olive Senior. La position ambivalente de ces auteures qui sont culturellement dedans et dehors influence leurs écrits, en prose comme en poésie, dans lesquels elles revendiquent leurs histoires, leurs corps et leurs langues. La discussion s’attache à observer les opérations discursives en démontrant que les auteures étudiées articulent de nouvelles formes de subjectivité et prouvent que la formation des identités culturelles ne dépend pas d’un territoire stable, mais plutôt d’un espace culturel mobile, voire volatile. D’une part, ces femmes réécrivent le passé dans un discours qui déstabilise les versions hégémoniques de l’histoire et d’autre part, elles cherchent à représenter leurs corps en dépassant leur dimension matérielle et choisissent d’embrasser leur schizophrénie culturelle. Leurs projets brisent le silence et libèrent les subjectivités incontrôlées à travers la création de polyphonies incarnées, de multiples contre discours et d’énoncés non-conformistes. Les constructions discursives de leur moi ne pouvant en effet se manifester qu’à l’extérieur des terminologies canoniques, ces auteures s’inscrivent dans une démarche de résistance au discours unique et privilégient a fortiori une rhétorique hétéroglossique. En somme, cette analyse comparative est innovante en ce qu’elle démontre que mémoires, langues et identités diasporiques sont intimement liées, et qu’au delà de leurs démarches respectives et des stratégies discursives qui leur sont propres, ces auteures sont des écrivains du limbo qui, à la manière des danseurs de limbo, transforment l’instabilité en une expérience de recréation artistique. Elles placent leurs représentations au coeur d’une dynamique empreinte de mouvement, de fluidité, de pluralité et d’hybridité, et prouvent clairement que la diaspora féminine caribéenne peut faire entendre sa voix.


  • Résumé

    This dissertation examines the specific discourse produced by diasporic African Caribbean women writers in Canada and the USA, namely Edwidge Danticat, Nalo Hopkinson, Jamaica Kincaid, Paule Marshall, M. NourbeSe Philip, and Olive Senior. These authors’ ambivalent positions as both cultural insiders and outsiders are conveyed through their prose and poetry, in which they reclaim their histories, bodies and tongues. The thesis highlights discourse operations in demonstrating that the selected authors articulate new forms of subjectivity, hence proving that cultural identities do not depend on static territories but rather on mobile and even volatile cultural spaces. Besides reconstructing the past through a discourse that truly unsettles hegemonic versions of history, African Caribbean diasporic women writers represent their bodies beyond materiality and choose to embrace their cultural schizophrenia. Their projects consist in un-silencing the unruly selves through the creation of embodied polyphonies, multiple counter-voices and anti-conformist utterances. The discursive constructions of the self therefore occur outside of canonical terminology, as these women writers resist single-voiced discourse and favour heteroglossic rhetorics. Ultimately, this comparative literary analysis is innovative as it proves that diasporic memories, tongues and identities are interlinked, and that beyond their respective agendas and personal discursive strategies, these authors are limbo writers who, like limbo dancers, transform instability into a recreative and artistic experience. They inscribe their self-representations into a powerful dialectic of movement, fluidity, plurality and hybridity, and truly demonstrate that the feminine Caribbean diaspora can speak.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.