Émile Zola et la Russie, Histoire d'une conquête littéraire

par Myriam-Isabelle Nuk

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Alain Pagès.

Le président du jury était Philippe Hamon.

Le jury était composé de Alain Pagès, Philippe Hamon, Wladimir Berelowitch, Pierre-Jean Dufief, Alexandre Zviguilsky.


  • Résumé

    Dans les années 1870, Émile Zola bénéficia d’une popularité exceptionnelle en Russie, comptant parmi les auteurs étrangers les plus lus. Nous nous proposons d’écrire précisément dans notre thèse l’histoire de cette extraordinaire rencontre franco-russe en nous appuyant sur des documents majoritairement inédits en français.Dans la première partie de cette étude, nous voyons que Zola se trouvait encore à l’heure difficile des débuts lorsqu’il fit la connaissance, en 1872, d’Ivan Turgenev. L’écrivain russe promit de lui trouver un engagement en Russie. Il négocia avec Mihail Stasulevič, le directeur de l’une des principales revues libérales de Saint-Pétersbourg. En 1875, au vu des premières critiques russes très favorables au romancier français, Stasulevič se laissa convaincre de recruter Zola au Messager de l’Europe comme correspondant parisien. Anna Engelhardt, la traductrice attitrée de Zola au Messager de l’Europe, joua un rôle clé dans son triomphe en Russie.Dans la seconde partie, nous analysons la correspondance échangée entre Zola, Turgenev et Stasulevič pendant près de dix ans, que nous avons intégralement reconstituée et traduite en français, pour établir précisément l’histoire de la collaboration d’Émile Zola au Messager de l’Europe. Les soixante-quatre textes que Zola composa à destination du lectorat russe – les Lettres parisiennes – sont présentés chronologiquement, rythmant notre lecture de la correspondance à trois voix. Régulièrement, les critiques russes émises en réaction aux écrits zoliens viennent enrichir notre réflexion.Cette approche nous permet d’évaluer objectivement quelle fut en son temps la réception de l’oeuvre d’Émile Zola en Russie.

  • Titre traduit

    Emile Zola and Russia, The Story of a literary Conquest


  • Résumé

    In the 1870’s, Émile Zola enjoyed exceptional popularity in Russia, counting among the most read foreign authors. In the context of this thesis, we propose to write the precise story of this extraordinary Franco-Russian encounter, relying on mostly unpublished documents in French.In the first part of this study, we see that Zola was in an awkward situation when he made Ivan Turgenev’s acquaintance in 1872. The Russian writer offered his aid, promising to find a commitment for him in Russia. He negotiated to this end with the director of one of the leading liberal reviews of Saint-Petersburg, Mihail Stasulevič. In 1875, in view of the first Russian critical appreciations which were very favourable to the French writer, Stasulevič was persuaded to recruit Zola in "Вестник Европы" [The Herald of Europe], as Parisian correspondent. Anna Engelhardt, who was one of the first Russian critics to focus on Zola, played a key role in his triumph by becoming his official translator at the Herald of Europe.In the second part, we analyze the correspondence exchanged between Zola, Turgenev and Stasulevič for nearly ten years, which we have entirely reconstituted and translated into French, to establish the detailed story of Emile Zola’s collaboration to the Herald of Europe. The sixty four texts which Zola composed for the Russian readership, the Parisian Letters, are presented chronologically, punctuating our reading of the tripartite correspondence. Regularly, the Russian critical appreciations ventured in response to Zola’s publications come to enrich our reflection.This approach allows us to estimate objectively which was the reception of Emile Zola's work in Russia at this time.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.