Pin-up ! Figures et usages de la pin-up cinématographique au temps du « pré-Code » (1930- 1934)

par Mélanie Boissonneau

Thèse de doctorat en Etudes cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Laurent Jullier.

Soutenue le 02-04-2013

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts et médias (Paris) , en partenariat avec Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Raphaëlle Moine.

Le jury était composé de Laurent Jullier, Raphaëlle Moine, Gilles Menegaldo, Ginette Vincendeau.


  • Résumé

    Cette thèse se propose de confronter un objet singulier, les pin-up, à un espace-temps tout aussi particulier : la période dite du pré-Code hollywoodien. Il s’agit tout d’abord de définir la pin-up comme figure féminine et cinématographique, et de proposer d’aller au-delà de la femme-objet qu’elle est censée incarner. L’étude attentive (par le biais notamment d’analyses de séquences) d’archétypes de pin-up produits entre 1930 et 1934 dans une perspective culturaliste influencée par les études de genre, permet, d’une part de déconstruire l’idée d’un pré-Code synonyme de liberté cinématographique. D’autre part, un retour sur l’histoire des pin-up et leur usage féministe potentiel, autorise cette figure féminine hyper-sexualisée à devenir un outil d’analyse des relations de genre, apte à révéler les mécanismes, parfois subtilement dissimulés, de la domination masculine. Les stratégies opposées par les personnages de pin-up au cadre patriarcal, sont à cet égard révélatrices. Les carrières cinématographiques de Betty Boop, de Jean Harlow, et de Mae West, étudiées sous cette lumière, indiquent quelles formes ces stratégies peuvent prendre. Les pin-up évoluant dans le genre de l’horreur et le personnage de Jane Parker incarné par Maureen 0’Sullivan durant les six premiers Tarzan de la MGM complètent ce passage en revue. La diversité des archétypes choisis fait in fine apparaître une difficulté commune aux pin-up cinématographiques, quel que soit leur statut ontologique : celle d’exister.

  • Titre traduit

    Pin-up ! A study of cinematographic pin-up figures during Pre-Code (1930-1934)


  • Résumé

    The goal of the present dissertation is to confront a specific object, the “pin-up”, to aspecific time and location: the so called « Pre code » Hollywood era. First of all, we wish todefine the pin-up as both a feminine and cinematographic figure, and to go beyond themere “woman as object “ that she is frequently reduced to. A careful study (relying, amongother, on sequence analysis) of pin-up archetypes created between 1930 and 1934 in acultural perspective, influenced by gender studies, makes it possible, first, to deconstructthe notion that Pre-code era has been a period of cinematographic freedom. Moreover,looking back at the history and evolution of the pin-up, and understanding how they can beused in a feminist agenda, helps turning this hypersexualised feminine figure into a deviceto analyze gender relationships, able to reveal the mechanisms, sometimes cleverlyconcealed, of masculine domination. In this respect, the strategies that pin-up charactersresort to in order to fight patriarchal order are revealing. Pin-up evolving in the horrorgenre, or the character of Jane Parker impersonated by Maureen O’Sullivan in MGM’s sixfirst Tarzan should complete this survey. The variety of archetypes that have been selectedhere seem, eventually, to lay bare a common difficulty, shared by all cinematographic pinup,regardless of their ontological status - their mere existence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.