Fragilisation des zones humides du Sahel tunisien : de la centuriation aux nouvelles formes paysagères, Sebkhat El Kelbia-Sousse

par Karim Ben Haj Farhat

Thèse de doctorat en Histoire, histoire de l'art et archeologie

Sous la direction de Ricardo González Villaescusa.

Soutenue le 25-01-2013

à Nice , dans le cadre de ED-86-Lettres sc. Humaine , en partenariat avec UMR 7264-CEPAM (laboratoire) .

Le président du jury était Abdelhamid Boujelbene.

Le jury était composé de Ricardo González Villaescusa, Abdelhamid Boujelbene, Ali Ferchichi, Hichem Rejeb, Mohsen Boubaker, Alain Devos.


  • Résumé

    La conservation des zones fragiles est désormais considérée comme étant une mesure urgente à mettre en œuvre pour les stratégies nationales et intergouvernementales. Ce travail essaye d’entreprendre une approche progressive permettant de contempler une zone humide typique « Sebkhat El Kelbia ». Plusieurs lignes de recherches sont adoptées. La première se consacre à la délimitation des principaux déterminants naturels responsables de la construction paysagère de cette zone. La deuxième concerne des lectures paysagères permettant de révéler les éléments de réversibilité et d’irréversibilité des paysages. Alors que la troisième ligne de recherche met en évidence l’existence de véritables vestiges de centuriation qui couronnent la sebkha. Une recherche analytique basée sur plusieurs outils transdisciplinaires, notamment la carto-interprétation, les délimitations de zonages naturels et paysagers, la restitution archéo-paysagère démontre l’importance de la zone d’étude sur les plans écologiques, patrimonial et de ses véritables potentialités paysagères. La caractérisation des entités paysagères met en exergue la présence, dans la région du Sahel tunisien, des faciès plutôt du type « vase d’eau » et d’autres faciès du type « parcelle en mutation irréversible ». Le premier peut atteindre jusqu’à 80 % du territoire en année humide et seulement une occupation rétrécie à 10 % en année sèche. Notons, que le faciès agraire de la zone d’étude est typique comme le prouve sa traçabilité à partir de la centuriation, où des usages patrimoniaux laissent présager des savoirs faires antiques en termes de maitrise des sols, de l’eau et du végétal. L’analyse de ce territoire considéré à tort « marginal » montre que les différentes interventions (politique, forestière et agraire) interagissent entre elles et agissent d’une façon directe sur les formes de paysages et constituent un passage obligé pour toute planification et/ou une réorganisation territoriale. Des paramètres de géomédiation paysagiste sont aussi proposés, et qui s’articulent sur la densification de la végétalisation du type halophyte et fourragère en rapport avec les applications paysannes de la région. L’implication de la gestion différentielle du type hybride « arridiculture - agri-loisir d’une zone humide » sera une autre ressource pour la valorisation des territoires menacés.

  • Titre traduit

    Fragility of wetlands in the Tunisian Sahel : from centuriation to new landscape forms, Sebkhat El Kelbia-Sousse


  • Résumé

    Conservation of sensitive areas is now seen as an urgent measure to implement national strategies and intergovernmental organizations. This paper seeks to undertake a phased approach to contemplate a wetland typical “Sebkhat El Kelbia”. Several lines of research are adopted. The first is devoted to the delineation of the major determinants responsible for building natural landscape of this area. The second relates readings landscape to reveal elements of reversibility and irreversibility landscapes. While the third line of research highlights the existence of genuine remains of centuriation crowning the sabkha. Analytical research tools based on several transdisciplinary, including cartographic interpretation, zoning boundaries and natural landscape, restitution archaeological landscape demonstrates the importance of the study area in terms ecological heritage and its true potential landscape. Characterization of landscape entities highlights the presence in the Sahel region of Tunisia, facies rather like "water tank" and other facies type "plot irreversible change." The first can achieve up to 80% of the land in a wet year and only one occupation narrowed to 10% in a dry year. Note that the agrarian facies in the study area is typical as evidenced by its traceability from centuriation which uses proprietary suggest knowledge in terms of faires ancient masters of the soil, water and vegetation. The analysis of this territory wrongly considered "marginal" shows that different interventions (policy, forest and land) interact and act in a way direct forms of landscapes and are a must for any planning and / or a territorial reorganization. Geomediation landscape settings are also available, which are based on the densification of the halophyte vegetation type and feed applications in connection with farming in the region. The implication of the differential management of hybrid "arridiculture - agri-leisure of a wetland" is another resource for the recovery of threatened areas.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?