Impacts socio-économiques des organismes génétiquement modifiés : cas des suicides des agriculteurs du coton 'Bacilus Thuringiensis' en Inde

par Naceur Kheraief

Thèse de doctorat en Sciences economiques

Sous la direction de Damien Bazin.


  • Résumé

    L’Inde est le deuxième producteur mondial de coton ; après la Chine, avec environ 12,1 millions d’hectares en 2011, soit le quart de la superficie cotonnière mondiale. Après l’avènement des biotechnologies agricoles, le gouvernement indien, sous l’égide du premier ministre Atal Bihari Vajpayee, a encouragé l’utilisation de coton génétiquement modifié, dénommé coton Bacillus thuringiensis (Bt). Les variétés de coton Bt permettent de lutter contre les pertes de rendement causées par les parasites lépidoptères. Toutefois, leur implantation n’a pas été sans difficulté (la résistance des insectes, la pollution des sols, l’utilisation massive d’eau et d’engrais, le déséquilibre de l’écosystème et l’appauvrissement des fermiers). Aujourd’hui, l’Inde connaît un débat majeur autour de son expérience en matière d’adoption de coton transgénique, débat où plusieurs arguments d’impacts sur le bien-être des petits agriculteurs sont avancés. Depuis sa commercialisation en 2002, le coton Bt a provoqué les mécontentements et les suicides des fermiers appauvris. En moyenne un paysan se donne la mort toutes les 30 minutes. Les victimes sont principalement les petits fermiers qui cultivaient les semences génétiquement modifiés dans les Etats indiens : Andhra Pradesh, Karnataka, Madhya Pradesh et Maharashtra. Ces agriculteurs étaient pour la plupart endettés auprès de la compagnie semencière Mahyco-Monsanto Biotech (MMB), qui leur fournissait à crédit les semences Bt ainsi que les pesticides. Faut-il y déceler une corrélation entre le coton génétiquement modifié et ces suicides atypiques ? Ainsi, l’objectif de cette thèse est d’explorer, tant sur le plan théorique qu’empirique, la relation entre l’utilisation du coton Bt et le suicide des agriculteurs en Inde...

  • Titre traduit

    Socio-economic impacts of Genetically modified Organisms : the case of Bacillus thuringiensis cotton farmer suicides in India


  • Résumé

    India is the world’s second largest producer of cotton, after China. The total cotton area in India was 12.1 million hectares in 2011, accounting for approximately one fourth of the world’s total cotton area. After the advent of agricultural biotechnology, the Indian government, under the former prime minister Atal Bihari Vajpayee, has encouraged the use of genetically modified cotton, called Bacillus thuringiensis (Bt) cotton. The Bt cotton varieties can provide control against crop loss caused by lepidopteran pests. However, the process of introduction of Bt cotton has not been without difficulty (insect resistance to Bt crop, soil pollution, the excessive use of water and fertilizer, an imbalance of the ecosystem and impoverishment of farmers). Since its first commercialization in India, Bt cotton has caused a considerable discontent and suicides of impoverished cotton farmers. On average, one farmer commits suicide every 30 minutes in India. The victims are mainly small farmer who grow genetically modified cotton seeds in certain states in India (Andhra Pradesh, Karnataka, Madhya Pradesh and Maharashtra). Most of these farmers are deeply indebted to the Mahyco Monsanto Biotech (MMB) Company, which provided them access to credits for buying Bt cotton seeds and pesticides. Is there a correlation between the genetically modified cotton and these suicides? Thus, the purpose of this thesis is to theoretically and empirically explore the causal relationship between Bt cotton and farmer suicides in India...


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.