Systématique et Evolution du genre Psychotria (Rubiaceæ) en Nouvelle-Calédonie, adaptation aux terrains ultramafiques

par Laure Barrabé

Thèse de doctorat en Physiologie et biologie des organismes-Populations-Interactions

Sous la direction de Laurent Maggia et de Jérôme Munzinger.


  • Résumé

    La Nouvelle-Calédonie est un archipel du Pacifique Sud-Ouest. Sa flore est riche, unique, et dysharmonique. L’origine temporelle et géographique de cette flore constitue une des problématiques majeures des botanistes. Une étude systématique a été menée sur le genre Psychotria (Rubiaceae), et ses genres alliés (clade Psychotrieae-Palicoureeae), afin de comprendre les modes d’établissement et de diversification des plantes dans l’archipel. Les deux tribus comportent 86 espèces néo-calédoniennes réparties entre les genres Geophila (une espèce), Margaritopsis (quatre espèces) et Psychotria (81 espèces). L’étude taxonomique a permis de déterminer pour chacun d’eux les noms d’espèces valides, et d’identifier 26 espèces nouvelles de Psychotria et Margaritopsis. Neuf combinaisons et noms spécifiques nouveaux sont proposés.La Nouvelle-Calédonie a été colonisée au moins quatre fois par les Psychotrieae-Palicoureeae. Bien que leurs arrivées soient simultanées durant le Néogène, ces quatre lignées ont des histoires évolutives différentes à mettre en lien avec leurs modes propres d’établissement et de diversification. Le genre Geophila n’a pas diversifié. Les Margaritopsis ont eu une diversification modeste, à l’image des autres espèces des îles du Pacifique. Les Psychotria clade NC1 constituent une lignée relique, ayant probablement subit une extinction, et qui se serait uniquement maintenue dans les maquis miniers. Les Psychotria cladeNC2 constituent la plus large, jeune et rapide radiation de plantes de la Nouvelle-Calédonie, probablement originaire des forêts humides d’Australie.Le clade NC2 est en pleine expansion évolutive. Il est constitué de 12 lignées internes. Sa capacité à tolérer les substrats ultramafiques, acquise avant son arrivée dans l’archipel, a favorisé son établissement local. Sa large diversité a probablement différentes origines : une labilité vis-à-vis de la nature des substrats géologiques, des changements éventuels de pollinisateurs, un changement de niche écologique amorcé, lié à l’acquisition d’adaptations à la sécheresse et à l’avènement d’un climat plus aride en Nouvelle-Calédonie durant le Pliocène.


  • Résumé

    New Caledonia is an archipelago in the Southwest Pacific. Its flora is rich, unique, and disharmonic. The spatio-temporal origin of this flora is one of the major topics of botanists. A systematic study was conducted on the genus Psychotria (Rubiaceae), and its allied genera (tribes Psychotrieae-Palicoureeae) to understand the patterns of establishment and diversification of plants in the archipelago. Both tribes have 86 New Caledonian species distributed between the genera Geophila (onespecies), Margaritopsis (four species) and Psychotria (81 species). The taxonomic study determined all valid species names for each of these latter genera, and identified 26 new species of Psychotria and Margaritopsis. Nine new specific combinations and names are proposed. New Caledonia was colonized at least four times by Psychotrieae-Palicoureeae. Although their arrivals were simultaneous during the Neogene, these four lineages have different evolutionary histories,linked with their own patterns of establishment and diversification. The genus Geophila has not diversified. Margaritopsis had a moderate diversification, as the other species of Pacific islands. Psychotria clade NC1is a relictual lineage, which probably underwent an extinction, and would have only been preserved inultramafic shrubby vegetations. Psychotria clade NC2 is the largest, youngest, and fastest plants radiation of New Caledonia, probably originated from Australian rainforests. The clade NC2 is expanding evolutionary. It consists of 12 internal lineages. Its ability to tolerate ultramafic substrates, acquired before its arrival in the archipelago, has promoted its local establishment. Its large diversity has probably different origins: a lability relative to the nature of geological substrates, likely changes of pollinators, an on going change of ecological niche, related to the acquisition of drought adaptations, and the onset of a more arid climate in New Caledonia during the Pliocene.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de la Nouvelle Calédonie (Nouméa). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.