Étude du comportement alimentaire et du métabolisme énergétique chez le rat dans un modèle de programmation métabolique

par Aurore Martin Agnoux

Thèse de doctorat en Biologie, médecine et santé. Physiologie, nutrition et métabolisme

Sous la direction de Patricia Parnet et de Jean-Philippe Antignac.


  • Résumé

    Selon le concept de « programmation métabolique », un environnement nutritionnel périnatal délétère, et plus particulièrement une modification de la trajectoire de croissance prénatale, prédisposerait au développement de l’obésité et du diabète de type 2 à l’âge adulte. Dans ce contexte et au cours de ce travail de thèse, nous avons émis l’hypothèse que la nutrition périnatale modifierait durablement chez la descendance le comportement alimentaire et le métabolisme énergétique favorisant l’apparition de ces dérégulations métaboliques. Cette étude a été réalisée sur un modèle rongeur de programmation métabolique induit par restriction protéique maternelle en période périnatale, dont la descendance adulte a été exposée à un régime de type Occidental, où approches méthodologiques ciblées (comportementales, fonctionnelles et biologiques) et non ciblées (phénotypage métabolomique) ont été intégrées. Nos résultats montrent qu’une croissance in utero lente modifie durablement le rythme de la prise alimentaire, prédispose à l’accrétion adipeuse et altère la fonction mitochondriale. Chez la descendance dont uniquement la croissance postnatale a été ralentie, malgré une altération des signaux satiétogènes, la composition corporelle se maintient et l’insulino-sensibilité augmente. D’autre part, la restriction protéique maternelle induit une modification de la composition du lait, ce qui pourrait expliquer les modifications précoces du métabolisme énergétique et sa reprogrammation sur le long terme. Ces nouvelles données incitent à poursuivre les recherches expérimentales et cliniques pour mieux comprendre les mécanismes conduisant au développement des maladies métaboliques.

  • Titre traduit

    Feeding behaviour and energy metabolism study in a model of metabolic programming in rats


  • Résumé

    According to the concept of “metabolic programming”, an adverse perinatal nutritional environment and particularly a modification of the prenatal growth trajectory, could predispose to the development of obesity and type 2 diabetes later in life. In this context, the present study has investigated in what extend perinatal nutrition permanently alter feeding behaviour and energy metabolism what could contribute to the onset of metabolic disorders in adulthood. This work was experimentally conducted on a rodent model of metabolic programming induced by maternal protein restriction in the perinatal period with the subsequent exposure of the adult offspring to a Western diet, where both targeted methodological approaches (behavioural, functional and biological) and untargeted metabolomic phenotyping were integrated. Our results show that a slow growth in utero permanently alters feeding rhythms, predisposes to fat accretion and alters mitochondrial function. In the offspring where only postnatal growth was slowed, despite an impaired satiety-control, the body composition is maintained and insulin sensitivity increases. Additionally, maternal protein restriction induces a change in the composition of milk, which could explain the early changes in energy metabolism and long-term reprogramming. These new data encourage further experimental and clinical research in order to improve our understanding in mechanisms involved in the development of metabolic diseases.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (233 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 182-209 [290 réf.]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 13 NANT 30-VS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.