Modélisation du graphène avec les techniques ab initio

par Philipp Wagner

Thèse de doctorat en Physique, Science des Matériaux

Sous la direction de Christopher Ewels et de Bernard Humbert.

Soutenue en 2013

à Nantes , en partenariat avec Université de Nantes. Faculté des sciences et des techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    In this thesis graphene and related nanostructures were studied, using density functional ab initio modelling techniques. The influence of different edge terminations has been investigated for typical pristine graphene edges (armchair, zigzag and Klein) and several reconstructed edge configurations. For unterminated graphene edges a new stable folded back edge has been identified, creating a nanotube along the graphene edge. A systematic study of hydrogenated edges was performed, and new favourable reconstructed Klein edge configurations were found. Furthermore hydrogenated edges are expected to play an important role for graphene growth processes, and thus possible adapted growth models via carbon dimer addition are proposed. Next more complex edge functionalisations such as hydroxylated (-OH) edges were studied, in particular modelling thin 4 - 25 Å wide armchair graphene nanoribbons. Notably the influence on structural, electronic, chemical and mechanical properties has been investigated. This promises new routes towards controlled design of specific nanoribbon properties. Finally the in-plane Young’s modulus of various nanosheets (including graphene, BN, MoS2, MoTe2 etc. ) were calculated. In this context a new geometry independent volume definition for nanoobjects has been developed, based on the average electron density. This new approach offers a transferable underlying framework to calculate the Young’s modulus, and thus values correctly extrapolate for example between graphene, carbon nanotubes and bulk graphite. The concept was further extended to organic polymers.

  • Titre traduit

    Ab initio modeling of graphène


  • Résumé

    Le travail de cette thèse porte sur l'étude du matériau graphène et de nanostructures dérivées, par modélisation ab initio. L'influence des terminaisons chimiques des bords du feuillet graphène (armchair, zigzag et Klein, en considérant aussi des reconstructions possible) a été étudiée. En l'absence de terminaisons, une nouvelle configuration stable «repliée» a été identifiée; qui correspond à la création de structure nanotube le long des bords du feuillet. Une étude des bords hydrogénés a été effectuée, qui montrait des nouvelles configurations de bords Klein reconstruites énergétiquement favorable. En outre, les bords hydrogénés joueront un rôle clef dans les processus de croissance du graphène, et d'éventuels modèles de croissance adaptés via l'addition des dimères de carbone sont proposés. Des terminaisons plus complexes sur des nanorubans de graphène de type armchair de 4 à 25 Å de largeur ont été modélisées également, par exemple impliquant -OH (hydroxyle). L'influence sur la structure et les propriétés électronique, chimique et mécaniques des nanorubans a été étudiée. Cette partie a conduit à rediscuter la notion de module de Young de nanofeuillets (graphène, BN, MoS2, MoTe2 etc. ). Notamment ce travail propose une définition de «volume à prendre en compte» sur la base d'une densité électronique moyenne. Cette nouvelle approche offre un cadre transférable sous-jacent pour calculer le module de Young, et donc de pouvoir extrapoler correctement les valeurs entre le graphène, des nanotubes de carbone et du graphite. Le concept a aussi été étendu à des polymères organiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (198 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.169-198

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.