Caractérisation des lymphocytes B reconnaissant la MOG dans la sclérose en plaques

par Annie Elong Ngono

Thèse de doctorat en Biologie, médecine et santé. Immunologie

Sous la direction de Jean-Paul Soulillou et de David-Axel Laplaud.


  • Résumé

    La Sclérose En Plaques (SEP) est une maladie inflammatoire et chronique du Système Nerveux Central (SNe), caractérisée par un infiltrat leucocytaire et une démyélinisation au sein de la substance blanche. L'étiologie de la SEP reste inconnue bien que des facteurs génétiques et environnementaux ont été mis en cause. La maladie déclarée présente une composante auto-immune importante avec la présence des Lymphocytes T et des anticorps spécifiques d'antigène de la myéline tout au long de la maladie. Les études se sont beaucoup focalisées sur l'implication des anticorps dans la maladie mais de récentes données suggèrent que les LB sont impliqués dans la SEP par d'autres mécanismes que la production d'anticorps. En effet, l'administration d'anticorps monoclonaux anti-CD20, qui déplétent et modifient les fonctions du LB mais pas la concentration d'anticorps circulants, réduit les lésions inflammatoires. Une nouvelle approche est donc fondamentale pour comprendre l'implication des LB dans la SEP. Bien que les LB spécifiques d'un antigène donné soient en faible quantité en périphérie, nous avons développé une méthode permettant d'analyser la fréquence des LB circulants spécifiques de la MOG en utilisant la MOG couplée à des billes fluorescentes. Nous observons une proportion élevée de LB spécifiques de la MOG chez les patients atteints de SEP et chez les témoins sains. Cependant, cette proportion est diminuée chez les patients SEP comparé aux témoins. Différentes hypothèses ont été testées pour étudier ce résultat inattendu dont l'apoptose des B spécifiques de la MOG chez les patients, leur migration dans le SNe.

  • Titre traduit

    Caracterization of MOG-specific B cells in Multiple Sclerosis


  • Résumé

    Multiple Sclerosis is a chronic inflammatory demyelinating disease of the Central Nervous System (CNS), characterized by leukocyte infiltration and white matter demyelination. MS etiology remains elusive although genetic and environmental factors have been implicated. Overt disease is considered to have a major autoimmune component and both T cens and antibodies (Ab) specifie to myelin are present during the course of the disease. Studies have focused on anti-myelin Ab, but recent data highlighted a possible imp. Ication of B cells, regardless their capacity to produce Ab. Indeed, treatment with the anti-CD20 monoclonal Ab, which both deplete and modify B cell functions but not circulating titers of Ab, reduces the disease inflammation. A new approach is thus fundamental to study the implication ofB cells in MS. Although the study ofspecific B cells for a given antigen was a challenge in periphery, we developed a bead-based method to analyze circulating MOG-specifie B cell frequency in MS. A substantial fraction of B cells bound to MOG-coated beads was characterized in the blood of both Healthy Individuals (HI) and MS patients. Unexpectedly, the frequency of MOG-specific B cells in MS patients was lower compared to the circulating frequency in HI. To explain this result, several hypotheses as the apoptosis and the migration of MOG-specific B cells into CNS have been explored.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (173 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 149-173 [319] réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 13 NANT 08-VS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.