Effet des pathologies mentales sur les comportements sociaux non-verbaux dans la communication humaine

par Jonathan Del Monte

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Marie-Christine Gély-Nargeot et de Ludovic Marin.

Le président du jury était Denis Brouillet.

Le jury était composé de Chrystel Besche-Richard, Stéphane Raffard, Pierre Petit.

Les rapporteurs étaient Carole Fantini-Hauwel.


  • Résumé

    L’objectif de ce travail porte sur l’évaluation des comportements sociaux non-verbauxdans la pathologie schizophrénique. Pour cela, nous avons utilisé la Motor-Affective-Social-Scale (Trémeau et al., 2008) dans le but d’évaluer les gestes co-verbaux qui accompagnent lediscours (sourires et gestes des mains spontanés et expression faciale volontaire), ainsi que leparadigme expérimental des pendules (Schmidt & O’Brien, 1997) permettant d’évaluer lastabilité des coordinations motrices interpersonnelles (CMI). Nos études 1 & 2 démontrentque la schizophrénie induit une réduction significative des gestes co-verbaux, ainsi qu’unediminution de la stabilité des CMI. Nos études 3 & 4 mettent en évidence que la diminutionde la stabilité des CMI dans la schizophrénie est également présente chez les apparentés depremier degré et ce, en dehors de toute influence de l’âge chronologique. Ces résultatssuggèrent que les déficits de CMI pourraient être considérés comme de potentiels phénotypesintermédiaires de la schizophrénie. Enfin, les études 5 & 6 suggèrent qu’il est possible defavoriser la production des comportements sociaux non-verbaux ainsi que de favoriser lastabilité des CMI chez les patients en utilisant une tâche expérimentale d’amorçage socialnon-conscient. Ces travaux ont permis de compléter les connaissances théoriques, de mettreen lumière l’importance des comportements moteurs, de mettre en évidence un nouveaumarqueur phénotypique et d’explorer une nouvelle voie de prise en charge des troubles dufonctionnement social dans la schizophrénie.

  • Titre traduit

    Effect of mental illness on nonverbal expressiveness behaviors in human communication


  • Résumé

    The aim of this work was to assess the social motor behaviors in schizophrenia. In ourexperimental situations, we used the Motor-Affective-Social-Scale (Trémeau et al., 2008) toassess the social motor behaviors (spontaneous smiles and hand gestures and voluntary facialexpression) and the hand-held pendulum task (Schmidt & O’Brien, 1997) to assess theinterpersonal social motor coordination. In studies 1 & 2, we showed a social behaviorsreduction and interpersonal social motor coordination impairment in schizophrenia. In studies3 & 4, we showed that first degree-relatives of schizophrenia patients have a similarinterpersonal social motor impairment. These results suggested that interpersonal social motorcoordination could be a potential intermediate phenotype of schizophrenia. Finally, thesestudies 5 & 6 showed that the social motor behaviors, including interpersonal social motorcoordination, could be significantly promoted using pro-social priming effect. In conclusion,this dissertation allowed us to better understand the schizophrenia disorder, to demonstrate thenecessity of taking into account the motor dimensions in mental disorders with socialinteraction deficits, to suggest that intentional interpersonal coordination impairments mightbe a potential motor intermediate phenotype of schizophrenia and to propose a newrehabilitation protocol to improving the social functioning in schizophrenia.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.